03.05.2013 à 18:34

Paix au Proche-OrientLe Hamas rejette les nouvelles propositions de la Ligue arabe

Le chef du Hamas dans la bande de Gaza a rejeté vendredi la nouvelle initiative de paix de la Ligue arabe.

Ismaël Haniyeh, le Premier ministre du Hamas au pouvoir.

Ismaël Haniyeh, le Premier ministre du Hamas au pouvoir.

AFP

Le Hamas affirme que des étrangers ne peuvent décider du sort des Palestiniens. Par ailleurs, un sondage constate qu'une majorité d'Israéliens doute d'une reprise des négociations de paix.

Lors de rencontres cette semaine à Washington, les pays arabes ont donné l'impression d'infléchir le plan de paix élaboré en 2002. Ils reconnaissent qu'Israéliens et Palestiniens pourraient devoir procéder à un échange de territoires, alors qu'ils réclamaient auparavant un strict retour aux frontières de 1967.

Les Etats-Unis et l'Autorité palestinienne en Cisjordanie ont salué cette évolution. Mais vendredi, Ismaël Haniyeh, le Premier ministre du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza, a jugé que les autres pays arabes n'étaient pas autorisés à consentir de telles concessions.

«La prétendue nouvelle initiative arabe est rejetée par notre peuple, par notre nation, et personne ne peut l'accepter», a-t-il dit devant plusieurs centaines de personnes réunies dans une mosquée de Gaza.

Le Hamas refuse le droit à l'existence d'Israël et réclame la restitution aux Palestiniens de tous les territoires situés entre la Méditerranée et le Jourdain. Il n'a jamais accepté le plan de paix arabe de 2002, dont le Premier ministre du Qatar, Cheikh Hamad bin Jassim al Thani, a présenté lundi à Washington une nouvelle version.

Les propos tenus vendredi par Ismaël Haniyeh constituent l'un des rares désaccords publics entre le Hamas et le Qatar, l'un de ses principaux soutiens financiers.

Accueil prudent

«A ceux qui parlent d'échanges de territoires, je dis: la Palestine ne vous appartient pas, elle n'est pas à vendre, pas à échanger et elle ne peut pas être marchandée», a dit le Premier ministre.

Il a reproché à l'Autorité palestinienne d'avoir inspiré l'infléchissement de la position de la Ligue arabe. Les nouvelles propositions de cette dernière ont été accueillies avec prudence par Israël, qui rejette toujours plusieurs points clés du plan originel.

Doute des Israéliens

Vendredi également, un sondage a signalé qu'une majorité d'Israéliens doute que les négociations de paix avec les Palestiniens reprennent à la suite de la reformulation de l'initiative de paix arabe de 2002.

Ils sont 54,8% à ne pas croire que des pourparlers de paix reprennent à la suite de cette initiative, contre 17,3% d'avis opposé et 27,9% d'indécis, selon ce sondage publié dans les deux principaux quotidiens du pays, Yediot Aharonot et Israël Hayom.

Ce sondage a été réalisé jeudi sur un échantillon de 504 Israéliens juifs adultes, avec une marge d'erreur de 4,4%.

(ats/afp/reuters)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!