Publié

BasketballLe Heat arrache un septième match à Boston

La finale de Conférence Est de NBA se jouera dimanche soir à Miami. Jimmy Butler a emmené la franchise floridienne dans son sillage pour battre les Celtics dans leur salle.

L’ailier de Miami Jimmy Butler (à dr.) a été intenable vendredi soir à Boston.

L’ailier de Miami Jimmy Butler (à dr.) a été intenable vendredi soir à Boston.

AFP

Le Heat, dos au mur mais le mors aux dents, à l’image de Jimmy Butler, exceptionnel avec 47 points, s’est imposé chez les Celtics (111-103), vendredi, pour pousser les deux équipes à un septième match décisif en finale de Conférence Est des play-off de NBA.

Il ne fallait pas enterrer Miami trop vite. Ce que la défaite concédée deux jours plus tôt sur son parquet, en affichant de grosses carences en attaque, laissait pourtant augurer. Au point que l’ailier de Golden State Draymond Green assurait jeudi soir, après la qualification assurée aux dépens de Dallas (4-1), que ses Warriors affronteraient Boston dès le 2 juin en finale.

Rien n’indique encore qu’il a tort, puisque l’épilogue de cette série aura lieu dimanche et qu’il connaîtra alors son adversaire. Mais le scénario est tellement imprévisible depuis le début de cette confrontation au sommet que même l’avantage du parquet en faveur des Floridiens n’est pas une garantie de succès.

Pourtant poussés par leurs fans, les C’s en ont fait l’amère expérience en leur TD Garden, sur ce sixième match joué et mené quasiment de bout en bout, avec l’énergie du désespoir, par le Heat. «Nous savons ce dont nous sommes capables. Nous savions que nous allions obtenir une victoire ici. Et nous savons que nous allons gagner le prochain aussi», a réagi Butler après-coup.

Travail de sape en défense

Ombre de lui-même 48 heures plus tôt, visiblement diminué par son inflammation chronique à un genou, Butler a réagi en champion. Auteur de 47 points (son meilleur total dans un match de play-off, 16/29 au tir, 9 rbds, 8 passes, 4 interceptions) en 46 minutes, soit quasiment l’intégralité de la rencontre, il a guidé les siens sur la voie du succès.

Et il les a portés à bout de bras quand la victoire semblait devoir leur échapper à force de coups de boutoirs de Boston en fin de match, dans le sillage de Jayson Tatum (30 pts à 9/12, 9 rbds, 4 passes, 2 interceptions, 1 contre) qui voulait vraiment en finir, mais n’y est pas parvenu.

Parce que suivant l’exemple de son leader, toute l’équipe du Heat s’est battue pour la gagne. Auteur d’un zéro pointé au scoring lors du précédent match, Kyle Lowry a aussi répondu de la meilleure des façons (18 pts, 10 passes). Tout comme Mike Strus, qui restait sur un 0/14 derrière l’arc dans cette finale de Conférence, et qui a débloqué son compteur (3/8) pour 13 points très utiles.

Le Heat a aussi fait un gros travail de sape en défense, conjuguant là ses vertus habituelles avec une réussite retrouvée en attaque qu’il devra conserver dimanche, pour renouer avec la finale deux ans après sa défaite dans la bulle d’Orlando contre les Lakers.

Le point

(AFP)

Votre opinion