Hockey sur glace: Le hockey audacieux du HCB n’a pas été récompensé
Publié

Hockey sur glaceLe hockey audacieux du HCB n’a pas été récompensé

Le HC Bienne a pourtant tout tenté dans cet acte VI des demi-finales des play-off.

par
Cyrill Pasche

Le HC Bienne et le CP Berne se sont donné rendez-vous mardi dans la capitale. Il y aura bien un septième match dans cette demi-finale renversante. Le HC Bienne a tout tenté, il s’est époumoné pour tenter de perforer le mur bernois, mais rien n’y a fait. Il y avait de l’électricité dans l’air à la Tissot Arena, mais les Biennois n’ont pas su en tirer profit pour passer l’obstacle. Il leur a tout simplement manqué un soupçon de réussite, à l’inverse de jeudi dernier lors de leur victoire 2-0 dans la capitale, mais aussi une part de lucidité dans les derniers instants de la rencontre, lorsqu’ils ont commencé à comprendre que la victoire leur filait entre les doigts.

Kari Jalonen, le coach du SCB, a déployé un dispositif défensif d’une étanchéité à toute épreuve pour forcer une manche décisive. Un but marqué sur la première erreur biennoise de la rencontre, en contre-attaque, après neuf minutes de jeu. Et puis plus grand-chose d’autre par la suite. Les Seelandais ont fait le jeu, les Bernois ont misé sur la classe de leur gardien, Leonardo Genoni, et l’expérience de leurs tauliers pour ramener ce troisième gain de la série à bon port. C’est désormais 3-3 et le CP Berne se retrouve de nouveau en position favorable avant l’ultime duel.

Gagner un septième match dans la capitale? Pas grand-monde ne misera bien sûr contre les Bernois dans deux jours. Mais, dans une série qui défie toute logique, le HC Bienne n’a peut-être pas dit son dernier mot. Malgré le poids des enjeux et le caractère historique du duel, les hommes d’Antti Törmänen n’ont pas perdu les pédales hier soir sur leur glace. Ils sont tombés la fleur au fusil, mais en misant sur un hockey d’attaque et en ne perdant jamais confiance en leur philosophie de jeu. Comme lors des deux précédentes défaites qu’ils ont concédées en demi-finale, les occasions de première qualité ont continué à se présenter à eux. Ils ont eu le tort de ne pas savoir comment les saisir en plein vol et ont aussi manqué de sang-froid dans le dernier geste. Nul ne sait d’ailleurs ce qu’il serait advenu du CP Berne si Marc-Antoine Pouliot avait réussi à déjouer Leonardo Genoni après 34 secondes de jeu seulement. Reste que le HCB a sans cesse trouvé le chemin qui mène au but (38 tirs), et ce seul constat devrait suffire pour ne pas être tenté de l’enterrer trop vite.

Il reste un match pour se hisser en finale et marquer l’histoire. Le HC Bienne ne réalisera un exploit que s’il continue à foncer, à prendre des risques et à miser sur un style de jeu courageux, comme il l’a fait jusqu’ici. Tout se jouera encore dans la tête, mais les Biennois ont prouvé devant leurs partisans qu’ils ont le mental et les épaules pour ne pas se liquéfier sous la pression. Tout ou presque plaide désormais en faveur du SCB, et c’est certainement une aubaine pour le HCB. Sur leur patinoire, les Ours ont perdu quatre de leurs six matches depuis le début des séries pour le titre, dont deux duels contre les hommes de Törmänen en demi-finale.

Votre opinion