Publié

Hockey sur glaceLe hockey dépouillé de ses émotions

Battu en prolongation à Berne, FR Gottéron a validé sa place en play-off dans l'indifférence d'une patinoire vide et sans âme.

Il y avait une banderole où était écrit en dialecte bernois : «battez-vous pour les play-off». Il y a avait aussi un fan avec une écharpe de Gottéron autour du cou: c’était Killian Mottet, buteur convalescent des Dragons. Quelques représentants des médias, et une poignée d’employés de l’organisation du CP Berne. Quarante-neuf «spectateurs» selon le décompte officiel. Les 17 000 et des poussières autres places de la plus grande patinoire du pays étaient vides, alors forcément cela fait un peu bizarre. Ça sonne creux. On entendait Christian Dubé invectiver les arbitres, les arbitres lui répondre de se calmer, et surtout les joueurs se parler. «Patine, patine», a dit Tristan Scherwey à Vincent Praplan, qui déboulait sur l’aile, sans grande conviction. Il manquait sans doute à l’ailier valaisan le grondement de la foule, l’élan du public, pour arriver à ses fins. A tous, il a manqué ce supplément d’âme que seule une patinoire pleine à craquer peut procurer.

"La meilleure solution"

Que la soirée a dû être longue pour Tristan Scherwey, cet infatigable battant qui n’est jamais aussi fort que lorsque le «mur» bernois lui rappelle «qu’il est l’un des leurs». Du hockey sans ambiance, sans émotions, quelle misère. «Jouer ces matches (ndlr : vendredi et samedi) à huis clos était la «meilleure» solution, a dit Marc Lüthi, le CEO du SCB. Il était important que nous puissions au moins boucler ces 50 rondes de la saison régulière.»

Jouer le titre à huis clos? "Exclu"

Si dans le pire des cas l’intégralité des séries pour le titre venaient à être annulées en raison du coronavirus, la question de l’identité du champion de Suisse, s’il y en a de couronné, pourrait éventuellement être résolue en se basant sur le classement de la saison régulière. Tout ceci n’est que de la fiction pour l’instant, et la volonté des clubs et de la Ligue sera certainement de jouer des matches coûte que coûte, mais certainement plus à huis clos. «Davantage de matches fantômes, c’est exclu en ce qui me concerne», a insisté Marc Lüthi. Le hockey sans ses fans -et pas uniquement pour des raisons financières - n’en vaut vraiment pas la peine. Il est même d’une tristesse infinie.

Cyrill Pasche, Berne

----------

Berne - FR Gottéron 1-0 ap (0-0 0-0 0-0)

PostFinance-Arena. A huis clos.

Arbitres: MM. Stricker, Wiegand, Kovacs et Kaderli.

But: 61e Thomas (Arcobello) 1-0.

Berne: Karhunen; Untersander, Blum; Andersson, B. Gerber; Krueger, C. Gerber; Burren; Thomas, Arcobello, Moser; Pestoni, Rüfenacht, Scherwey; J. Gerber, Ebbett, Praplan; Berger, Heim, Kämpf. Entraîneur: Jalonen.

FR Gottéron: Berra; Gunderson, Stalder; Kamerzin, Furrer; Abplanalp, Marti; Forrer, Gähler; Brodin, Desharnais, Rossi; Marchon, Walser, Vauclair; Sprunger, Boychuk, Schmid; Lauper, Schmutz, Lhotak. Entraîneur: Dubé.

Notes: Berne sans Grassi, Sciaroni, Bieber (blessés), Mursak (suspendu) ni McDonald (surnuméraire). FR Gottéron sans Chavaillaz, Bykov, Mottet (blessés) ni Stalberg (surnuméraire). Temps mort demandé par FR Gottéron (59e). Pénalités: 0 x 2’contre Berne, 3 x 2’ contre FR Gottéron.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!