Publié

FukushimaLe Japon proteste contre deux dessins du Canard Enchaîné

Le Japon a protesté contre deux dessins humoristiques publiés mercredi dans Le Canard Enchaîné à propos de l'octroi des jeux Olympiques de 2020 à Tokyo malgré la catastrophe atomique.

Le dessin de Cabu.

Le dessin de Cabu.

DR

Deux dessins du Canard Enchaîné fâchent le Japon.

L'une des images, signée par le dessinateur Cabu, montre deux lutteurs gringalets coiffés d'un chignon, dont un avec trois jambes et l'autre trois bras, et un commentateur sportif disant «Marvellous, grâce à Fukushima, le sumo est devenu discipline olympique». La centrale Fukushima Daiichi est esquissée en arrière plan

Le deuxième dessin, réalisé par Mougey, montre deux travailleurs en combinaison de protection avec un compteur Geiger devant une piscine. «JO 2020 au Japon: la piscine olympique est déjà construite à Fukushima» dit la légende, tandis qu'un des protagonistes ajoute: «on va peut-être réautoriser la combinaison pour les nageurs».

«Ce genre de caricatures blesse les sinistrés de la catastrophe du 11 mars 2011 et véhicule des informations fausses sur le problème de l'eau radioactive à la centrale Fukushima Daiichi. C'est extrêmement regrettable», a réagi le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, lors d'un point de presse.

«Nous avons l'intention d'adresser un message de protestation au Canard Enchaîné via l'ambassade du Japon à Paris», a-t-il ajouté.

La diplomatie nippone doit «donner des explications sur la situation à la centrale de sorte que ne soient plus données des informations inexactes sur le Japon», a-t-il insisté.

Médias français brocardés

«Encore les médias français !», a pour sa part titré le journal populaire de centre-gauche Mainichi Shimbun au-dessus des deux caricatures incriminées et d'un article de l'agence Kyodo qui en explique le contenu, en précisant que le premier dessin accompagne un article d'analyse des effets des fuites d'eau radioactive à la centrale ravagée.

«Il y a des gens qui ont réellement subi l'impact des radiations et ce genre de dessins les blesse», explique une journaliste japonaise. «Cela provoquerait un énorme scandale s'ils étaient publiés dans la presse nippone», ajoute-t-elle.

De façon générale, les Japonais ne supportent pas les galéjades sur Fukushima, fussent-elles destinées à dénoncer les méfaits de l'accident nucléaire causé par le tsunami du 11 mars 2011.

Pour eux, cela revient dans tous les cas à remuer le couteau dans la plaie des victimes du drame dont les souffrances psychologiques restent fortes, 160'000 personnes ayant dû quitter précipitamment leur logement.

(AFP)

Votre opinion