Actualisé 02.11.2018 à 10:01

Le Jazz Onze Plus se met sur son 31

Partenariat

Soutenu par la Loterie Romande, le festival lausannois s’est encore agrandi pour sa 31e édition. Il propose pas moins d’une trentaine de shows, DJ compris, répartis sur cinq jours.

par
Victor Fingal
Le clarinettiste suisse Jan Galega Brönniman, le joueur de kora sénégalais Moussa Cissokho et le percussionniste israélien Omri Hason forment un trio d’une rare intensité qui va se produire le 7 novembre aux Docks à Lausanne.

Le clarinettiste suisse Jan Galega Brönniman, le joueur de kora sénégalais Moussa Cissokho et le percussionniste israélien Omri Hason forment un trio d’une rare intensité qui va se produire le 7 novembre aux Docks à Lausanne.

DR

C’est le plus jazzy des festivals de l’arc lémanique, celui qui se déroule à Lausanne du 7 au 11 novembre. Sans vouloir concurrencer l’éclectique Paléo de Nyon, le Cully Jazz orienté sur la world music ou le sacro-saint Montreux Jazz qui draine aujourd’hui essentiellement de la pop, le JazzOnze+ garde le cap d’un jazz pointu et moderne. «Entre autres, deux concerts, dont l’un affiche déjà complet, sont prévus avec le quartet du trompettiste Avishai Cohen, souligne Gilles Dupuis, directeur de JazzOnze+. Et l’afrobeat, la rencontre entre la musique traditionnelle africaine et le jazz américain est aussi à l’honneur lors du concert donné aux Docks par Femi Kuti, le fils aîné du légendaire Fela Kuti.»

Justement, pour sa 31e édition, le JazzOnze+ prend ses aises et essaime dans Lausanne. Au départ, le festival était cantonné à la salle Paderewski du Casino de Montbenon. Aujourd’hui, il se décline aussi à l’EspaceJazz, la salle des fêtes du Casino de Montbenon, dans les locaux de l’École de Jazz et de Musique actuelle (EJMA), à La Datcha, au BCV Concert Hall et aux Docks. «Avec des horaires qui s’étalent de 18h à 22h30, poursuit Gilles Dupuis, nos festivaliers ont la possibilité d’assister à presque tous les concerts quotidiens que nous leur proposons.»

Suisse, Sénégal et Israël, même combat

Parmi les must, signalons, le trio improbable jouant une partition d’une rare intensité toute en douceur et composé de l’Helvète Jan Galega Brönniman aux clarinettes, du Sénégalais Moussa Cissokho à la kora et de l’Hébreu, Omri Hason aux percussions. Sans oublier, bien sûr, un des moments forts de cette édition, deux Cubains d’envergure mondiale, le pianiste Omar Sosa et la chanteuse violoniste, Yilian Canizares. Mais JazzOnze+ perdrait sa vocation s’il n’offrait pas aussi des concerts gratuits de haut niveau comme l’Hommage à Chucho Valdes donné à l’Atrium de l’EJMA ou les sonorités afro et orientales du Kutiman Orchestra, présentes à l’EspaceJazz.

Reste qu’un festival de cette envergure et qui s’agrandit chaque année, ne saurait exister sans de solides partenaires. «Dans ce contexte, le soutien de la Loterie Romande est fondamentale» a encore ajouté le directeur de JazzOnze+ Festival Lausanne.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!