13.10.2020 à 14:56

Jeu vidéoLe jeu romand «Rising Constellation» approche de son orbite

Un ambitieux jeu de stratégie coopératif conçu en Suisse s’ouvre peu à peu aux amateurs de gestion d’empire galactique avant son lancement prochain sur Steam.

par
Jean-Charles Canet
1 / 8
Quelques aspects de la direction artistique de «Rising Constellation».

Quelques aspects de la direction artistique de «Rising Constellation».

Blackflag Games
Quelques aspects de la direction artistique de «Rising Constellation».

Quelques aspects de la direction artistique de «Rising Constellation».

Blackflag Games
Quelques aspects de la direction artistique de «Rising Constellation».

Quelques aspects de la direction artistique de «Rising Constellation».

Blackflag games

«Rising Constellation», ce jeu vidéo ne vous dit certainement rien et c’est normal: il n’est pas encore sorti et ce n’est que depuis quelques heures qu’il acquiert petit à petit une visibilité en s’ouvrant à de nouveaux stratèges galactiques.

La principale particularité de «Rising Constellation», enfin surtout vue d’un média helvétique, est d’être un jeu conçu en Suisse, en Romandie en particulier. Gil Clavien, informaticien formé à Fribourg, est, avec son frère Jérôme, un des fondateurs et architectes du studio lausannois Blackflag Games qui, après un galop d’essai ayant su réunir une petite communauté autour d’un premier jeu plus modeste, tente son entrée dans une cour ou des jeux tels que «Civilization» ou «Master of Orion» ont marqué leur époque.

Si Gil ne se risque pas encore à nous donner une date de sortie précise (hormis que cela se passera en 2021, de préférence en début d’année) c’est que l’heure est délicate: le jeu «massivement multijoueur» est presque terminé, son financement est assuré, un appel à un financement participatif arrive à échéance ce vendredi (mardi, l’objectif était à 70% atteint) pour permettre la mise en place d’une campagne promotionnelle. Donc quoi qu’il advienne ce jeu verra le jour.

Mais de par sa nature, il entre dans une phase d’ajustement redoutable qui ne peut se faire qu’en faisant entrer dans la danse une communauté d’amateurs aguerris de jeux de stratégie que l’on suppose exigeante sans pour autant effrayer le gamer moins pointu qu’il s’agira d’accueillir avec la bienveillance requise. Depuis lundi, Blackflag a créé chaque soir une session alpha publique (la dernière se tient mercredi à 20 h 00) notamment afin de recueillir les remarques des pionniers et de préparer le lancement du jeu en «early access» sur Steam, le 11 novembre prochain.

Pour faire sa place, «Rising Constellation» joue plusieurs cartes: une ligne graphique élégante mais avant tout dévouée à la lisibilité (ce sera sans doute sa particularité helvétique la plus évidente), un aspect de profonde stratégie qui ne pourra être menée efficacement qu’en groupe (rien n’empêche de tenter l’aventure en solo, précise Gil Clavien, mais on se rendra vite compte que cela conduira immanquablement contre le mur de la défaite). Autre particularité majeure, «Rising Constellation» laissera la possibilité de se lancer dans une partie «rapide» de quelques heures où l’aspect stratégie en temps réel s’imposera, mais aussi dans une campagne au long cours qui pourra occuper – à temps partiel, bien sûr – plusieurs mois dans un empire galactique persistant avec quelques milliers de participants potentiels par serveur.

Mais pour se faire une idée la plus proche de ce que sera «Rising Constellation», penser à un immense jeu de plateau, avec de nombreuses cartes et pions et plusieurs centaines de joueurs autour de la table pourrait aider. Autrement rien de mieux que de tenter une approche sur Discord afin de bénéficier de l’appui d’une communauté en formation.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
3 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

R. Surchat

14.10.2020 à 09:38

Pour moi, ça restera toujours Asylamba... Vivement qu'on puisse affronter le monde !

Sandra B.

13.10.2020 à 16:43

J'ai eu l'occasion de jouer a la version d'essai et c'est un super jeu! Soutenons les

Ramon Z.

13.10.2020 à 15:30

Bravo pour cet article et merci de soutenir les jeunes entreprises. Ce jeu, c'est du lourd !