Piétonne tuée: Le jeune chauffard de Château-d’Œx a été acquitté
Publié

Piétonne tuéeLe jeune chauffard de Château-d’Œx a été acquitté

Le Tribunal de l'Est vaudois est d'avis qu'un doute subsiste quant à savoir si la jeune mère mortellement percutée par un automobiliste de 20 ans un soir d'été 2016 avait voulu mettre fin à ses jours.

par
Benjamin Pillard
Le conducteur de 22 ans (ci-contre aux côtés de son avocat, Me Marc-Aurèle Vollenweider) a admis avoir été inattentif le soir du drame. Tout à g.: le veuf. A dr.: la juge unique Anne-Catherine Page.

Le conducteur de 22 ans (ci-contre aux côtés de son avocat, Me Marc-Aurèle Vollenweider) a admis avoir été inattentif le soir du drame. Tout à g.: le veuf. A dr.: la juge unique Anne-Catherine Page.

Jean-Guy Python

Personne n’avait envisagé la décision rendue hier par la juge Anne-Catherine Page. Pas même l’avocat de la défense, qui s’attendait à un verdict de culpabilité, en raison de la négligence dont son client a fait preuve en cette fin de soirée de juillet 2016, lorsqu’il avait percuté une mère de famille. Alors âgé de 20 ans, le chauffard avait très vite admis avoir voué son attention à son amie assise sur le siège passager qui lui faisait la tête plutôt qu’à la route. Et ce durant l’entier du trajet 1,8 km en direction de Château-d’Œx (VD), brutalement interrompu par l’accident mortel.

Seulement voilà: la passagère est persuadée d’avoir vu la piétonne de 33 ans s’approcher de la Citroën DS3 en courant, juste avant l’impact. Une thèse du suicide renforcée par le fait que cette trentenaire sous antidépresseurs avait tenté de se donner la mort deux ans plus tôt dans un contexte de mobbing. Mais contredite par l’expertise médico-légale, qui a établi que la victime avait été heurtée par l’arrière. Pour la juge Page, un doute insurmontable subsiste, et doit profiter à l’accusé.

L’intéressé n’écope ainsi que d’une amende pour avoir circulé avoir environ 0,1‰ d’alcool dans le sang, alors qu’il était tenu à une abstinence totale en tant que jeune conducteur.

Famille de la victime sous le choc

«Mes clients sont choqués; ils ne comprennent pas qu’un jeune qui avait bu de l’alcool et était inattentif à la route, qui n’a rien vu du tout jusqu’au choc, se voit libéré de toute responsabilité», réagit l'avocat du veuf et des parents de la victime, Me Lionel Zeiter. «Et ce même si la juge leur a bien signifié qu'il ne s'agit que d'une vérité judiciaire, mais que celle-ci ne correspondait pas forcément la réalité.»

Le procureur Hervé Nicod tout comme la famille endeuillée pourraient recourir contre ce jugement.

Votre opinion