Publié

Yverdon-les-BainsLe jeune de 17 ans blessé dans une agression est décédé

Jeudi 16 janvier en fin d'après-midi, le jeune homme avait été gravement blessé à la tête à la place Bel-Air.

par
Communiqué
Le centre commercial de Bel Air, avec son fast food, attire de nombreux jeunes en fin d'après-midi.

Le centre commercial de Bel Air, avec son fast food, attire de nombreux jeunes en fin d'après-midi.

Google Street View

Jeudi 16 janvier 2014, vers 17h25, la centrale 144 avisait le Centre d'engagement et de transmission (CET) de la Police cantonale, qu'un témoin avait découvert un adolescent de 17 ans blessé à la tête, sur la place Bel-Air, à Yverdon-les-Bains.

Rapidement sur place, un médecin et les ambulanciers ont pris en charge l'adolescent, qui a été transporté en ambulance à l'hôpital. Il a été transféré peu après, par la Rega, au CHUV à Lausanne, où il est décédé en fin d'après-midi.

Appel à témoins

Plusieurs policiers ont procédé à différentes opérations de recherches sur place, permettant d'identifier des témoins. Les enquêteurs de la Police de sûreté ont également mené plusieurs investigations afin de déterminer précisément les faits.

Dans la soirée, un mineur de nationalité suisse, âgé de 16 ans, domicilié dans la région, s'est spontanément présenté au poste de police de la localité, indiquant qu'il était impliqué dans cette agression. Il a été pris en charge par les inspecteurs et entendu durant la nuit. Ses explications ont permis de déterminer partiellement les circonstances de cette affaire. Le Tribunal des mineurs a ordonné qu'il soit gardé à sa disposition.

La Police cantonale lance un appel à témoin et recherche toute personne susceptible de fournir des informations sur le déroulement de cette agression, plus particulièrement sur les instants qui l'ont précédée, de prendre contact avec les enquêteurs au 021 644 44 44ou avec le poste de police le plus proche.

Il était déjà trop tard

En mars 2013, déjà, un agent de sécurité expérimenté avait été sauvagement agressé par un jeune de 18 ans, au centre commercial de Bel Air, en fin de soirée.

Ensuite, et en dépit d'une autre agression en avril, la situation s'était plutôt calmée. «Conformément à la demande des commerçants, nous n'assurons plus une présence constante, mais effectuons des passages sur place», explique Laurent Lambercier, le patron de la société Transeco.

Malheureusement, jeudi en fin d'après-midi, ses hommes sont arrivés alors que l'ambulance était déjà là. «Quand il pleut et qu'il fait froid, les jeunes se retrouvent beaucoup à l'intérieur, et ils se chambrent pour des broutilles, parfois. Seulement la violence a changé. Quand on était jeunes et qu'on se chambrait, cela n'avait pas de telles conséquences.»

Il précise que la place Bel Air n'est pas le lieu de confrontations entre jeunes des villes et de la campagne, mais réunit des gens, majoritairement, de même profil.

Pom

Ton opinion