Il y a un an: le (semi)confinement: Le jour où le Conseil fédéral a pris des mesures historiques
Publié

Il y a un an: le (semi)confinementLe jour où le Conseil fédéral a pris des mesures historiques

Comment avons-nous vécu la période sous cloche au printemps dernier? Nous inaugurons notre série avec le vendredi 13 mars 2020, quand le gouvernement annonce la fermeture de toutes les écoles.

par
Laurent Flückiger
Simonetta Somaruga, alors présidente de la Confédération, et Alain Berset, ministre de la Santé en conférence de presse le 13 mars 2020.

Simonetta Somaruga, alors présidente de la Confédération, et Alain Berset, ministre de la Santé en conférence de presse le 13 mars 2020.

AFP

Il y a des dates dont on se souvient précisément où on était et ce qu’on faisait ce jour-là. Le vendredi 13 mars 2020 en fait partie. Malheureusement il n’y a pas de jackpot à l’EuroMillions derrière cette histoire-là mais, comme gros lot, des mesures historiques pour lutter contre un virus.

Voici un an que la Suisse a été mise sous cloche – on parlera de (semi)confinement pour contenter tout le monde. Lematin.ch a choisi de revenir sur cette période avec une série d’articles sur des événements qui rappelleront forcément des souvenirs. Plonger dans ces semaines pas comme les autres permettront aussi de se rendre compte que des choses qui sont petit à petit entrées dans nos habitudes paraissaient impensables au printemps.

Le vendredi 13 mars 2020, en début d’après-midi, alors que le Conseil fédéral est attendu à 15 h 30 pour une conférence de presse de la plus haute importance, je suis à Genève en interview avec Joël Dicker pour la parution de son roman «L’énigme de la chambre 622». L’auteur est déçu: il a passé une partie de sa journée à réorganiser sa tournée de dédicaces en Suisse et en France. Et il n’est pas au bout de ses peines. Si une bonne partie de la Suisse est devant son écran, nous nous sommes attablés au coin buvette d’une épicerie italienne à discuter de meurtre, de banque privée et même de Gremlins quand les nouvelles arrivent par téléphone: les écoles sont fermées jusqu’au 4 avril, les musées, les centres sportifs ou les piscines ne peuvent plus accueillir plus de 100 personnes et c’est 50 à la fois pour les bars, restos et discos.

Le fil d’actualité s’emballe. Le Cirque Knie annonce annuler le début de sa tournée, tous les matches du championnat suisse de football sont suspendus, la Patrouille des Glaciers renonce, la finale nationale des combats de reines passe à la trappe.

Lire ça aujourd’hui, c’est peut-être se dire qu’on avait presque de la chance: le week-end, on pouvait encore profiter d’un minimum de vie sociale. Mais la fête allait être de courte durée: le lundi 16 mars, le Conseil fédéral allait tout fermer ou presque. Ce jour-là, veille de la parution du roman de Joël Dicker, l’auteur et son entourage décidaient alors de repousser sa sortie plus tard dans l’année.

Dimanche 14 mars, dans notre série «Il y a un an: le (semi)confinement», retrouvez notre prochain épisode: «Le jour où les pistes de ski ont fermé en Suisse mais pas en France».

Votre opinion

237 commentaires