Médias: Le «Journal de Morges» quitte le groupe Tamedia

Publié

MédiasLe «Journal de Morges» quitte le groupe Tamedia

L'hebdomadaire sera repris par son actuelle direction et des investisseurs locaux.

Archives/Photo d'illustration, Keystone

Après «La Broye Hebdo» et «Le Régional», c'est le troisième titre local romand dont le groupe de médias zurichois se sépare en moins de deux ans.

En 2014, Tamedia avait annoncé vouloir se désengager de ces trois titres «pour se concentrer sur les quotidiens régionaux et suprarégionaux». C'est désormais chose faite, apprend-on jeudi.

La reprise du «Journal de Morges» est prévue pour le 1er novembre 2016, indiquent Tamedia Publications romandes et le «Journal de Morges» dans deux communiqués distincts. Mais l'opération, dont le montant n'est pas dévoilé, sera réalisée par étapes ces prochains mois, écrit le groupe.

Petit à petit

«Nous souhaitons accompagner le «Journal de Morges» dans une période de transition», explique à l'ats Patrick Matthey, responsable de la communication de Tamedia Publications romandes. «Le groupe va donc lui permettre de continuer à bénéficier de ses services centraux comme les ressources humaines ou l'informatique».

S'agissant de la vente des actions de Tamedia au directeur-rédacteur en chef de l'hebdomadaire, Cédric Jotterand, et aux investisseurs qui l'accompagnent, Tamedia indique que c'est à eux de décider quand ils souhaiteront acquérir la totalité des actions. Mais un délai de six ans au maximum a été convenu.

Tel quel

Interrogé sur le contenu du titre, Cédric Jotterand est clair: «Nous voulons vraiment conserver le journal tel qu'il est aujourd'hui». «Il n'y aura pas de réduction d'effectif, ni de pagination», insiste-t-il.

Né il y a 122 ans, le Journal de Morges tire à 5760 exemplaires, selon la REMP 2015. «Le titre est en bonne santé et a des perspectives correctes. Il a rencontré des difficultés il y a dix ans, mais depuis cinq ans, il est rentable. Et nous sommes stables quant au nombre d'abonnés», poursuit le quadragénaire.

Choix stratégique

Dès lors, pourquoi Tamedia tenait à se séparer d'un titre qui, comme La Broye et Le Régional, se porte bien? «C'est vrai, financièrement ces marques sont saines. Mais c'est une décision stratégique. Pour ces publications locales, nous sommes convaincus que les nouveaux propriétaires, fortement ancrés dans leur région respective, peuvent leur offrir de meilleures perspectives», justifie Patrick Matthey.

Pour rappel, en Suisse romande, Tamedia va réduire les effectifs des rédactions de 24 heures et de la Tribune de Genève. Le groupe alémanique a annoncé son intention de supprimer 31 postes fin septembre. Il a justifié les suppressions d'emplois par l'accélération de la baisse des revenus.

(ats)

Ton opinion