Actualisé

AccueilLe Jura propose une solution pour les gens du voyage

Le canton du Jura est en passe de trouver une solution à long terme à l'accueil des gens du voyage, une obligation fédérale.

Le gouvernement jurassien a présenté sa solution à l'accueil des gens du voyage en proposant deux aires de repos.

Le gouvernement jurassien a présenté sa solution à l'accueil des gens du voyage en proposant deux aires de repos.

Archives/photo d'illustration, Keystone

Le gouvernement du Jura a mis en consultation mercredi une nouvelle fiche du plan directeur qui confirme les deux zones d'accueil déjà utilisées à titre provisoire.

Les gens du voyage suisses, yéniches en particulier, pourront s'installer sur l'aire de stationnement permanente à Mavalau, entre les communes de Courtedoux, Porrentruy et Fontenais, à proximité de l'A16. Leurs cousins étrangers se verront attribuer une surface également à proximité de l'autoroute, mais de l'autre côté du col des Rangiers, à proximité de Delémont et Courroux, sur la commune de Courrendlin.

Dans un communiqué rendu public ce mercredi 8 octobre, le gouvernement jurassien souligne qu'il a pu avancer sereinement dans ce dossier grâce au soutien des communes concernées et de la société gérant le parc industriel sis à l'intérieur de la bretelle autoroutière dans laquelle les gens du voyage se sont installés. Des accords avaient été négociés jusqu'à la fin de l'année.

Cette situation a permis au gouvernement de proposer aujourd'hui des solutions satisfaisantes aussi bien pour les gens du voyage que pour les populations locales. Et les autorités de rappeler le succès de la journée portes ouvertes du 28 septembre dernier, lors de laquelle la population était invitée à venir à la rencontre des gens du voyage.

«Tellement semblables»

A Mavalau, il était difficile de discerner les gens du voyage des habitants. «Les Yéniches sont tellement semblables à nous que rien ne permettait d'identifier qui étaient nomades ou sédentaires dans cette foule», a déclaré alors le ministre Michel Thentz cité sur le réseau social du chef du service cantonal des communes Raphaël Schneider.

Le site destiné aux gens du voyage étrangers offre également toutes les conditions pour les accueillir dignement. Après la fermeture de l'aire de Bassecourt, ces derniers occupaient d'ailleurs déjà de manière illégale un emplacement tout proche près de la sortie de Delémont-est de l'A16, avant que les autorités trouvent un accord jusqu'à la fin de l'année.

La solution proposée permet en outre d'éviter les problèmes de cohabitation entre les communautés suisses et étrangères, notent les autorités. Ces dernières avaient le choix parmi sept sites.

Organisation à affiner

La gestion des places est conforme à la pratique appliquée dans les autres cantons latins. Les nomades paient une caution et un état des lieux est réalisé à leur arrivée et à leur départ.

Les deux sites seront ultérieurement aménagés selon des modalités qui restent à définir. L«équipement doit rester rudimentaire. Au minimum toutefois, il doit donner accès à des WC, eau courante, électricité et évacuation des eaux usées.

Echéance 2016

Mais d'abord la procédure législative doit aboutir. Au terme de la procédure de consultation, le 30 novembre, la nouvelle fiche sera transmise au Parlement dont les débats sont prévus durant le premier semestre 2015. La volonté du gouvernement est d'ouvrir officiellement les deux aires d'accueil dans le courant de l'année 2016.

D'ici là, les gens du voyage suisses pourront continuer de camper sur l'aire de Mavalau. Tel devrait aussi être le cas, en principe, nuance le ministre Michel Thentz, s'agissant de l'aire de Courrendlin. Il faudra en effet peut-être trouver d'autres solutions provisoires pour les gens du voyage étrangers, si l'occupation d'un hôtel d'entreprises voisin devait augmenter.

(ats)

Votre opinion