Actualisé

Votations cantonales 28 septembreLe Jura veut pouvoir faire élire des étrangers

Le 28 septembre prochain, les Jurassiens devront dire s'ils veulent qu'un étranger puisse accéder au poste d'exécutif communal. Le Parlement cantonal est favorable.

Les étrangers pourraient bientôt être élus conseillers communaux, à l'exception du poste de maire.

Les étrangers pourraient bientôt être élus conseillers communaux, à l'exception du poste de maire.

Keystone

Pour la 3e fois en 18 ans, les Jurassiens se prononceront le 28 septembre sur une extension des droits politiques des étrangers. Le projet soumis au vote doit permettre aux étrangers d'être élus dans les exécutifs communaux, à l'exception de la fonction de maire.

La révision de la loi sur les droits politiques, qui est soumise au référendum obligatoire, doit faciliter l'intégration de la population étrangère à la vie politique locale. Pour être candidats à un siège dans un exécutif communal, les étrangers doivent résider en Suisse depuis dix ans et dans le Jura depuis une année au moins.

Recherche du consensus

Ce projet d'extension des droits politiques résulte du dépôt en 2012 par la gauche alternative CS-POP d'une initiative parlementaire. Le texte soumis au parlement ce printemps puis au peuple cet automne a toutefois été édulcoré pour obtenir un consensus le plus large possible.

Le projet tient ainsi compte des craintes exprimées par le passé en ne mentionnant plus l'éligibilité au parlement cantonal. Il écarte aussi la possibilité pour les étrangers d'accéder à la fonction de maire. S'ils ont le droit de vote au niveau cantonal, les étrangers établis dans le Jura ne peuvent cependant pas participer à un scrutin dont la matière est de rang constitutionnel.

Soutien du Parlement

Le Parlement jurassien a accepté à une forte majorité cette révision législative. Les opposants, issus des rangs du PLR, estimaient qu'il fallait privilégier la naturalisation. L'UDC ne s'est pas opposée à ce texte alors qu'elle avait lancé le référendum lors des précédentes tentatives d'octroi de l'éligibilité aux étrangers.

Pour le Gouvernement, il est insensé d'interdire des postes à des étrangers parfaitement intégrés qui veulent mettre leurs compétences au service de la communauté.

Le canton du Jura dépassé

Le canton du Jura fut pionnier dans l'octroi des droits politiques aux étrangers en leur accordant le droit de vote communal et cantonal dans la foulée de son entrée en souveraineté en 1979. Depuis lors, la situation n'a plus évolué malgré la pression de la gauche et des autorités.

En 1996 et en 2007, la population jurassienne s'était déjà prononcée sur des propositions plus ou moins similaires d'extension des droits populaires des étrangers qu'elle a à chaque fois rejetées. En 2007, le non l'avait emporté avec 51% des votants. Le Jura a ainsi été rejoint et dépassé par d'autres cantons dans ce domaine.

(ats)

Ton opinion