Football: Le Kosovo devra se sauver loin de Challandes, mais avec Bichard
Publié

FootballLe Kosovo devra se sauver loin de Challandes, mais avec Bichard

Toujours en quarantaine, le Neuchâtelois ne sera pas sur le banc ce mercredi soir pour le match décisif face à la Moldavie. L’ancien coach du FC Sion, lui, s’y trouvera.

par
Florian Vaney
Bernard Challandes est cloîtré entre quatre murs pendant que son Kosovo tente de garder sa place en Ligue C.

Bernard Challandes est cloîtré entre quatre murs pendant que son Kosovo tente de garder sa place en Ligue C.

Keystone

Bernard Challandes aurait sans doute imaginé une autre fin à la première participation de «son» Kosovo à la Ligue C de la Ligue des nations. Après l’euphorie des débuts, les victoires, les exploits et les louanges, la sélection du Neuchâtelois se retrouve pour la première fois dans une situation délicate. Logique, les Kosovars luttant maintenant avec des formations d’un bien meilleur niveau qu’il y a encore quelques mois. Ce mercredi soir, ceux-ci doivent absolument éviter la défaite face à la Moldavie. Un revers et ce sera le retour en Ligue D. Problème? Bernard Challandes ne pourra pas montrer la voie à ses protégés.

‹‹ Impossible de le nier, je ne me sens pas bien. Imaginez, un entraîneur coupé de ses joueurs, cloîtré dans une chambre d’hôtel››

Bernard Challandes, sélectionneur du Kosovo

Atteint par le Covid il y a plusieurs jours, le technicien se trouve toujours en quarantaine. Un isolement qui lui a valu de manquer le duel amical face à l’Albanie de mercredi dernier et le déplacement de dimanche en Slovénie. Deux matches soldés par autant de défaites 2-1. «Impossible de le nier, je ne me sens pas bien. Physiquement, légère fatigue, mais rien de grave assurément. Mentalement, c’est une autre histoire. Imaginez, un entraîneur coupé de ses joueurs, cloîtré dans une chambre d’hôtel», écrivait-il en fin de semaine dernière dans les colonnes d’ArcInfo.

Des responsabilités pour Bichard

Loin de se douter de la tournure qu’allaient prendre les événements, Bernard Challandes avait fait appel aux services de Sébastien Bichard en qualité d’assistant pour cet ultime rassemblement des équipes nationales en 2020. Sans club depuis son départ du FC Sion cet été, l’ancien coach des M21 sédunois y a vu un joli défi à relever.

«Que ce soit juste pour ces trois semaines ou pour plus longtemps, je suis là pour travailler, pas pour me vendre dans les médias. L’avenir nous dira s’il y a une suite ou non», détaille celui qui est aussi passé par le Team Vaud et le Stade Nyonnais. À la base, le Français devait rejoindre un staff bien fourni aux côtés du Morgien Thomas Richard et de plusieurs techniciens et préparateurs kosovars.

Sauf que les choses se sont quelque peu accélérées avec l’annonce de l’infection de Bernard Challandes. Son remplaçant officiel se nomme Muharrem Sahiti, son bras droit habituel, mais dans les faits, les responsabilités ont été partagées entre tous les assistants. Autrement dit, Sébastien Bichard se retrouve avec une partie de l’avenir du Kosovo sur les épaules.

‹‹Bernard m’a offert une chance en or. Je découvre des gens géniaux. Alors en ce moment, toutes mes pensées vont vers lui››

Sébastien Bichard, qui remplace le Neuchâtelois au pied levé

«C’est un peu particulier, c’est vrai, confirme Bichard. Mais c’est surtout très malheureux pour Bernard. Il m’a offert une chance en or, je découvre des gens géniaux. Alors en ce moment, toutes mes pensées vont vers lui. De toute façon, il n’est pas l’heure des grands discours. Le match de ce soir cristallise toute notre attention.» Comment les deux hommes se sont-ils connus? «Il m’avait déjà contacté lorsqu’il dirigeait l’Arménie. J’avais préféré rester en Suisse à l’époque. Reste que je ne sais pas comment mon nom est arrivé à ses oreilles.»

Mercredi soir, ce seront ses yeux, ainsi que ceux de tout un pays, qui seront braqués sur Pristina.

Votre opinion

11 commentaires