25.01.2018 à 13:01

Le Léman, lac de tous les dangers

Frissons

Dès samedi, Genève accueille une exposition retraçant les drames marquants de l’histoire du lac. Une étendue à la météo changeante, qui n’est calme qu’en apparence.

par
Fabien Feissli
1 / 5
24 morts, dont 14 orphelines d'une colonie de vacances, le 18 août 1969: le bilan du naufrage du remorqueur «La Fraidieu», près de Thonon (F), est impressionnant. Les témoignages aussi. «J'ai récupéré une fille par les cheveux. Elle tenait encore sa copine par la main. Et, au dernier moment, elle l'a lâchée», se souvenait, en 2016, Roland Condevaux, l'un des premiers pêcheurs arrivés sur les lieux. Il raconte notamment avoir fait trois trajets entre le bord et l'épave de «La Fraidieu». Au total, 58 passagers étaient à bord de la petite embarcation qui, surprise par de fortes vagues, a tenté de faire demi-tour avant de se remplir d'eau par l'arrière et de s'enfoncer. Il faudra une semaine de recherche pour retrouver tous les corps.

24 morts, dont 14 orphelines d'une colonie de vacances, le 18 août 1969: le bilan du naufrage du remorqueur «La Fraidieu», près de Thonon (F), est impressionnant. Les témoignages aussi. «J'ai récupéré une fille par les cheveux. Elle tenait encore sa copine par la main. Et, au dernier moment, elle l'a lâchée», se souvenait, en 2016, Roland Condevaux, l'un des premiers pêcheurs arrivés sur les lieux. Il raconte notamment avoir fait trois trajets entre le bord et l'épave de «La Fraidieu». Au total, 58 passagers étaient à bord de la petite embarcation qui, surprise par de fortes vagues, a tenté de faire demi-tour avant de se remplir d'eau par l'arrière et de s'enfoncer. Il faudra une semaine de recherche pour retrouver tous les corps.

DR
Ce 11 août 1907, le ballon L'«Ouragan» se montre fidèle à son nom. Entraînée par de forts vents, la montgolfière s'écrase dans le Léman près de Lutry (VD). Après avoir récupéré l'équipage, 32 rameurs sur plusieurs barques tentent de ramener le ballon sur la rive, mais celui-ci n'en fait qu'à sa tête et les traîne littéralement jusqu'à Saint-Gingolph (F).

Ce 11 août 1907, le ballon L'«Ouragan» se montre fidèle à son nom. Entraînée par de forts vents, la montgolfière s'écrase dans le Léman près de Lutry (VD). Après avoir récupéré l'équipage, 32 rameurs sur plusieurs barques tentent de ramener le ballon sur la rive, mais celui-ci n'en fait qu'à sa tête et les traîne littéralement jusqu'à Saint-Gingolph (F).

LMS
Le 20 février 1879, une tempête de pluie et de neige d'une violence inouïe frappe Lavaux. À 21?h?30, le dernier train longe le bord du lac quand la voie se disloque sous son poids. Tous les wagons déraillent et les deux derniers plongent dans l'eau. Heureusement, les deux employés présents sont rapidement secourus. Vingt ans plus tôt, en 1859, quatre wagons devant relier Le Bouveret (VS) à Martigny (VS) ont également passé par-dessus bord lors d'un transport à bord du vapeur «L'Industriel».

Le 20 février 1879, une tempête de pluie et de neige d'une violence inouïe frappe Lavaux. À 21?h?30, le dernier train longe le bord du lac quand la voie se disloque sous son poids. Tous les wagons déraillent et les deux derniers plongent dans l'eau. Heureusement, les deux employés présents sont rapidement secourus. Vingt ans plus tôt, en 1859, quatre wagons devant relier Le Bouveret (VS) à Martigny (VS) ont également passé par-dessus bord lors d'un transport à bord du vapeur «L'Industriel».

LMS

«Les fantômes du Léman». Voici le nom de l’exposition gratuite qui démarre ce samedi aux Bains des Pâquis à Genève. «Notre objectif est de montrer au grand public que ce n’est pas un lac tranquille, en déroulant certaines catastrophes qui ont fait l’événement à l’époque», explique Michel Félix, responsable du groupe d’animation culturel des lieux. Car, au fil des années, les drames ont été nombreux, les dizaines d’épaves reposant au fond du lac sont là pour en témoigner. «Il y a eu des bateaux, bien sûr, mais aussi des choses plus insolites comme des trains, des avions et même un dirigeable (lire ci-contre). Les trois quarts des gens n’imaginent pas tout ce qu’on trouve sous la surface», détaille Philippe Constantin, coordinateur des Bains des Pâquis.

«Une violence surprenante»

Au total, il aura fallu plus de trois ans de recherches et le soutien de plusieurs spécialistes, ainsi que du Musée du Léman, à Nyon (VD), pour permettre à l’exposition de retracer les différentes catastrophes. «Et c’est une liste non exhaustive. Au-delà des épaves, nous avions la volonté d’incarner ces drames pour leur donner du corps et leur permettre de revivre», pointe Philippe Constantin. Après s’être plongé dans toutes ces histoires, il dresse un constat clair: «Le grand public n’en a pas forcément conscience, mais le Léman est un lac extrêmement dangereux.»

Conservateur du Musée du Léman, à Nyon (VD), Lionel Gauthier abonde. «Le lac n’est pas un étang! Il y a énormément de vents différents et les conditions météorologiques peuvent changer avec une violence surprenante», décrit-il. À ses yeux, si une telle méconnaissance de ses dangers persiste, c’est notamment parce que les images le représentent souvent comme très tranquille. Pourtant, certains sont là pour nous rappeler le contraire. «Les fantômes du Léman, ce sont ceux qui ne sont jamais revenus à la surface, explique Philippe Constantin. Quand on va se baigner dans le lac, on peut penser qu’il y a des âmes qui errent encore.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!