Hockey sur glace: Le LHC est-il en passe de devenir son pire ennemi?
Publié

Hockey sur glaceLe LHC est-il en passe de devenir son pire ennemi?

Lausanne a concédé une deuxième défaite de rang en championnat. Les Lions ont été battus vendredi à domicile par le CP Berne (2-5).

Ce n'est pas que Lausanne a livré un mauvais match. Loin de là. Il y avait même de l'esprit et une certaine envie de conquête dans les 20 premières minutes, les meilleures de la soirée pour les hommes de Ville Peltonen. Seize tirs cadrés sur la cage fédérale, un adversaire sur les talons et des défenseurs adverses aux genoux qui claquaient à chaque incursion dans les arrondis, tout laissait alors supposer que le LHC allait s'envoler vers une victoire logique.

Sauf qu'une fois de plus, les Lions ont laissé leurs partisans sur leur faim: un manque de panache, et surtout une incapacité à réagir lorsque Vincent Praplan, à un peu plus de huit minutes de la fin du temps réglementaire, a enfilé le troisième but bernois (52e). Une réussite qui pendait un peu au nez du LHC et qui n'a, à vrai dire, pas surpris grand-monde: cela faisait déjà un bon moment que les Vaudois étaient moins tranchants, moins alertes aussi, tandis que les Bernois, de leur côté, sont montés dans les tours au fil des minutes.

Les Lions se sont éteints petit à petit à mesure que la soirée avançait, un peu comme s'ils ne savaient pas vraiment comment empoigner le problème (un SCB sacrément bien en place en zone neutre pour commencer) ni s'ils pouvaient se permettre de sortir de leur moule tactique pour renverser la situation.

Manque de sérénité

C'est souvent le cas lorsque le LHC tire de l'arrière, ses individualités perdent patience et ont tendance à vouloir sauver la baraque sans l'aide de quiconque. Une approche qui, contre une équipe bernoise titrée à trois reprises au cours des quatre dernières saisons et qui a encore de beaux restes, n'était pas forcément la plus constructive. Lorsqu'il a été question de faire la différence en troisième période, les Lions ont fini par s'égarer (1-4 dans le dernier vingt, dont un but encaissé dans la cage vide).

Pour (re)lire notre compte-rendu du match, c'est ici.

Est-ce que tout le monde, ces derniers temps, tire vraiment à la même corde? Ces deux défaites de rang, à Fribourg samedi passé, à domicile contre Berne hier, mais aussi les «histoires» de contrats – départ de Jeffrey à Berne et Herren à Fribourg la saison prochaine ainsi que le flou qui entoure l'avenir des deux défenseurs étrangers, Lindbohm et Junland – ne viennent évidemment pas arranger les choses.

Le plus important désormais pour le LHC est de se remettre à gagner rapidement - ce soir à Davos par exemple - et peu importe comment finalement. Cette équipe a bien trop de qualités pour qu'elle rajoute une difficulté supplémentaire dans sa saison en devenant elle-même son pire ennemi.

Cyrill Pasche, Lausanne

Lausanne – Berne 2-5 (1-1 0-0 1-4)

Vaudoise aréna. 8889 spectateurs.

Arbitres: MM. Wiegand, Urban, Kaderli et Altmann.

Buts: 3e Herren (Moy) 1-0, 6e Arcobello (Rüfenacht, Burren) 1-1, 42e (41'18) Arcobello (Moser, Rüfenacht) 1-2, 42e (42'00) Kenins (Jooris, Jeffrey) 2-2, 52e Praplan (McDonald, Mursak/ 4 c 4) 2-3, 57e Sciaroni (Scherwey) 2-4, 60e Andersson (5 c 6, cage vide) 2-5.

Lausanne: Stephan; Lindbohm, Frick; Heldner, Junland; Grossmann, Genazzi; Nodari, Oejdemark; Bertschy, Emmerton, Vermin; Jooris, Jeffrey, Kenins; Moy, Froidevaux, Herren; Leone, Roberts. Entraîneur: Peltonen.

Berne: Karhunen; Untersander, McDonald; Burren, Blum; Andersson, B. Gerber; C. Gerber, Henauer; Rüfenacht, Arcobello, Moser; Sciaroni, Heim, Scherwey; Praplan, Mursak, Kämpf; Spiller, Berger, J. Gerber. Entraîneur: Jalonen.

Notes: Lausanne sans Almond, Antonietti (blessés) ni Traber (suspendu). Berne sans Bieber, Krueger, Grassi, Pestoni (blessés), Schlegel ni Ebbett (surnuméraires). Lausanne sort son gardien au profit d'un sixième joueur de champ (de 58'48 à 59'03).

Pénalités: 3 x 2' contre Lausanne, 2 x 2' contre Berne.

Votre opinion