Hockey sur glace: Le LHC et Fribourg, grands perdants des prêts à fonds perdus
Publié

Hockey sur glaceLe LHC et Fribourg, grands perdants des prêts à fonds perdus

Mercredi, le Conseil fédéral a annoncé avoir débloqué 115 millions d’aides à fonds perdus pour le sport professionnel et semi-professionnel. De quoi soulager tout le monde, même si les clubs ne sont pas tous logés à la même enseigne.

par
Grégory Beaud
La Vaudoise aréna ne fera pas le plein avant un moment.

La Vaudoise aréna ne fera pas le plein avant un moment.

KEYSTONE

Lorsqu’il y a des décisions prises et de mesures appliquées, il est compliqué de pouvoir faire du cas par cas. C’est le problème auquel est confronté le Conseil fédéral en ce qui concerne bon nombre de domaines. Et le sport ne déroge évidemment pas à la règle. Si l’aide à fonds perdus a été débloquée, elle ne fait pas que des heureux. Ou du moins pas totalement.

Pour faire simple, chaque club aura droit à une aide calculée sur la bases des rentrées de billetterie lors de la saison 2018-2019. FR Gottéron est l’un des rares clubs à publier son bilan de fin de saison. Il est donc possible de voir ce qui a été engrangé aux guichets: 5’374’716 francs. Facile de calculer le montant du prêt? «Non, coupe Raphaël Berger. On ne peut pas diviser ce montant par trois et multiplier par deux et dire que Fribourg va toucher 3,5 millions. C’est un calcul bien plus compliqué.»

Concernant le cas de Fribourg, il y a eu 28 matches à domicile rapportant en moyenne 191’954 francs par rencontre. «Sur la base de ce chiffre, il y aura un calcul qui sera effectué au match par match», précise le Directeur général des Dragons. Pour un match à huis clos total, les deux tiers de ce montant seront donc pris en compte. «Et si les spectateurs étaient à nouveau en partie autorisés à revenir dans la patinoire, une règle de trois serait effectuée en fonction de la capacité autorisée», détaille le Jurassien de la BCF Arena. Si 33% de la capacité est admise, FR Gottéron toucherait la moitié de l’aide à chaque match. Si les chiffres divergent évidemment d’un club à l’autre, le calcul sera le même partout.

Pour ce qui est du LHC, les aides se baseraient sur une saison disputée dans une patinoire provisoire.

Sacha Weibel, dirigeant du Lausanne HC

Problème pour Fribourg et Lausanne? La saison 2018-2019 ne correspond en rien à la réalité de l’exercice 2020-2021. Et pour cause, les deux clubs sont entrés dans une nouvelle patinoire depuis et la réalité financière est désormais totalement différente tant pour le LHC que pour Gottéron. «Des aides à fonds perdus peuvent sauver des clubs, apprécie Sacha Weibel, dirigeant vaudois. Mais pour ce qui est du LHC, elles se baseraient sur une saison disputée dans une patinoire provisoire. Des cas spéciaux sont-ils prévus?» Raphaël Berger a posé la même question en haut lieu. «Mais on peut oublier, tranche-t-il. C’est une ordonnance fédérale qui stipule clairement que la saison 2018-2019 est prise en compte.»

Lors de la saison 2018-2019, les deux clubs avaient une moyenne de spectateurs finalement assez proche. Les Vaudois comptaient 6498 spectateurs par match dans Malley 2.0, tandis que les Fribourgeois réunissaient 6077 fans dans la BCF Arena 1.0. Désormais dans des patinoires flambant neuves, les deux clubs ont logiquement revu leur train de vie à la hausse et prévu des rentrées ticketing autrement plus élevées. «Sur ce point, nous sommes clairement péjorés, précise Raphaël Berger. Mais cette aide constitue tout de même un soulagement, Le Conseil fédéral s’est rendu compte que les prêts octroyés ne suffisaient pas si nous devions jouer dans des patinoires vides..»

A Lausanne, une autre question occupe les esprits. «Quid des structures comme la nôtre, faite de sport mais aussi de spectacles, où on enregistre également des pertes? Il y a trop d’inconnues pour nous prononcer aujourd’hui», détaille Sacha Weibel.

Votre opinion

54 commentaires