Loi sur la chasse: Le loup pousse l’économie alpestre à dire «oui»

Publié

Loi sur la chasseLe loup pousse l’économie alpestre à dire «oui»

La Société suisse d’économie alpestre se positionne en faveur de la révision de la loi sur la chasse, qui sera votée le 27 septembre.

La révision de la loi sur la chasse sera votée le 27 septembre.

La révision de la loi sur la chasse sera votée le 27 septembre.

KEYSTONE

La Société suisse d’économie alpestre (SSEA) veut que la loi sur la chasse soit révisée. En cas de rejet, l’économie alpestre, qui est «la forme de production la plus naturelle et la plus traditionnelle en Suisse», sera perdue, selon la SSEA.

L’augmentation du nombre de loups pose des problèmes «pratiquement insolubles» pour de nombreuses exploitations d’estivage et agricoles, a communiqué mercredi la SSEA. Elle estime aussi que les loups apprennent vite à contourner les mesures de protection et qu’ils osent davantage pénétrer dans les agglomérations. Sans compter qu’il s’attaque désormais aussi aux bovins.

700’000 têtes sur les alpages

Selon la SSEA, les attaques de loups provoquent des pertes financières pour les alpagistes, qui ramènent prématurément leurs animaux en plaine. Ces attaques impactent aussi psychologiquement les éleveurs, stressés de devoir assurer une surveillance constante de leurs bêtes, et affectent le bétail, qui devient agressif et effrayé, d’après la SSEA.

Sans régulation, il ne sera plus possible d’assurer la protection des troupeaux, selon la SSEA. Elle indique que, par conséquent, les éleveurs renonceront de plus en plus à mener leurs bêtes, quelque 700’000 têtes en 2020, sur les alpages. Avec pour conséquence à terme la disparition de toute une série d’événements, traditions et produits liés à cette économie alpestre.

(ATS/NXP)

Ton opinion