Actualisé 21.11.2020 à 16:52

FootballLe LS avance sur une pente glissante

L'identité locale du Lausanne-Sport paraît tous les jours un peu plus menacée. Son jeune buteur Joël Monteiro a été prié de retourner au Team Vaud.

von
Florian Vaney
L’avenir de Joël Monteiro (en blanc) ne se trouve probablement plus au Lausanne-Sport.

L’avenir de Joël Monteiro (en blanc) ne se trouve probablement plus au Lausanne-Sport.

Keystone

Joël Monteiro n'a sûrement pas fait tout juste dans cette histoire. Le buteur de 21 ans s'est-il vu un peu trop beau trop vite après ses débuts réussis en Super League? Possible. Dans les colonnes de «24 heures» en tout cas, Souleymane Cissé, directeur sportif du Lausanne-Sport, assure «que la dernière offre financière que nous lui avons soumise était très bonne, à mes yeux. Bien supérieure à celle que nous faisons habituellement à un néo-professionnel». Reste que celle-ci n'a pas convaincu le jeune Valaisan. Les choses auraient pu en rester là temporairement, sans que les deux parties ne trouvent un terrain d'entente? Oui mais non. Joël Monteiro a été écarté avec effet immédiat de la première équipe et prié de retourner s'entraîner avec le Team Vaud M21, d'où il avait fait le chemin inverse cet été.

La réalité, c'est que ce genre de décisions deviennent de plus en plus populaires, quand bien même elles ne rendent service ni au club, ni au joueur. Celle-ci n'est pas sans rappeler la sentence du même genre réservée à Sébastien Wüthrich par le Servette FC il y a une année, entre autres exemples. Reste que dans le cas du Lausanne-Sport, la situation fait remonter une question un peu plus perfide: est-ce que cela n'arrange pas bien le club de se séparer de l'une de ses figures locales?

Recruté «à l’ancienne»

Joël Monteiro n'était peut-être pas le plus grand porte-drapeau de l'identité vaudoise, lui le Valaisan qui n'a après tout passé qu'une année au Team Vaud. Reste que l'homme incarnait une forme de réussite du système de recrutement qu'on pourra bientôt qualifier de «à l'ancienne». Un jeune talent romand, un peu perdu, à qui le LS a donné la structure pour exploser. L'histoire était belle. Mais les belles histoires de chez nous intéressent-elles vraiment Ineos?

Le risque a toujours existé, il est aujourd'hui en train de se matérialiser: l'identité régionale du LS est en danger. Celle-ci n'est pas compatible avec les ambitions des dirigeants? Oui et non. Le discours ne serait peut-être pas le même si les Lausannois devaient défendre leurs chances sur la scène européenne. Mais pour rappel, l'objectif annoncé pour cette saison est de s'établir gentiment en Super League. Rien de démesuré, même pour un groupe qui mettrait un point d'honneur à entretenir le lien entre son équipe, son public et son environnement, tout en préparant un futur plus radieux.

Les décisions impopulaires s’enchaînent

La décision de se séparer ou de mettre à l’écart des figures appréciées comme Nicolas Gétaz ou Maxime Dominguez n'était pas très populaire? On peut la comprendre, du moment que ces éléments-là ont eu l'occasion de montrer ce dont ils étaient capables sous le maillot bleu et blanc et que le directoire a jugé qu'ils étaient trop justes pour incarner l'avenir du LS.

Reste qu'à côté de ça, Lausanne a perdu Pablo Iglesias et Léonard Thurre, ses deux Vaudois présents à des postes clés de l'organigramme du club (directeur sportif et responsable du scouting). Ensuite, le club de la Tuilière n'est pas parvenu à retenir Andi Zeqiri et Dan Ndoye, deux Vaudois là encore, alors qu'il en avait fait une priorité, en tout cas dans le premier cas. Leurs remplaçants? Une délégation de jeunes Niçois qui ont rapidement obtenu l’opportunité de montrer leurs qualités.

Depuis cinq ans, le Lausanne-Sport a sorti un nombre assez impressionnant de talents de sa formation. Mais pour cela, ceux-ci ont besoin d'être valorisés par leur première équipe (avant de partir à Brighton, Andi Zeqiri a disputé 105 matches en bleu et blanc. 49 pour Dan Ndoye, 43 pour Jordan Lotomba). Au-delà peut-être des «top talent», le seront-ils encore?

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
18 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

AllezLS

22.11.2020 à 01:09

N'IM-POR-TE QUOI le nombre de minutes de jeu citées par votre journaliste, N'IM-POR-TE- QUOI ! HONTEUX qu'un journaliste de cette expérience n'écrive de telles sornettes ! Bientôt il dira à l'inverse que Kukuruzovic avait disputé 6 finales de Ligues des Champions avant de rejoindre le LS. Mais le niveau des journalistes de ce coin de pays, mais le niveau !...

Ferox

21.11.2020 à 16:48

INEOS n'a sûrement pas le terroir vaudois collé sous ses semelles depuis des générations, mais avancer qu'ils se séparent d'un (bon ? ) élément juste parce qu’il est du cru, fallait oser ! Et vous savez certainement tous ce qu' Audiard a dit de ceux qui osent tout ! Quand aux joueurs qui quittent le club pour une herbe plus verte c'est le lot de tous .. même Ajax !

footeux

21.11.2020 à 16:28

le LS va vite retomber sur terre et Ineos va aller faire fortune ailleurs, et après il faudra faire les yeux doux aux joueurs locaux.....