Football - Le LS et l’énigme Mayron George
Publié

FootballLe LS et l’énigme Mayron George

Le très décevant Costaricien, qui devait transcender l’attaque lausannoise cet automne, sera à nouveau sur le banc, dimanche à Tourbillon. Mais que vaut-il réellement?

par
André Boschetti
Au LS, on espère toujours que Mayron George justifiera les espoirs placés en lui lors de la deuxième phase du championnat. De l’avis de ceux qui le connaissent, l’attaquant costaricien ne manque pas de qualités.

Au LS, on espère toujours que Mayron George justifiera les espoirs placés en lui lors de la deuxième phase du championnat. De l’avis de ceux qui le connaissent, l’attaquant costaricien ne manque pas de qualités.

FRESHFOCUS

Pour éviter de terminer cette première phase avec la lanterne rouge rouge accrochée telle un boulet autour de son moral, le Lausanne-Sport se devra de ne pas quitter Tourbillon bredouille. Une mission qui apparaît à la portée de l’équipe qui avait montré de réjouissants progrès après une entame de championnat catastrophique. Mais qui semble compliquée pour celle qui balbutie à nouveau son football depuis la mi-temps du derby lémanique.

Aucun impact au LS

Pour espérer récolter une ou trois unités en Valais, le LS devra assurément marquer un, voire deux buts. Une entreprise compliquée pour une équipe qui navigue, cette saison, avec l’inquiétante moyenne d’un but inscrit par match (18 réussites en 17 sorties). Un problème que les Vaudois traînent depuis juillet et que Souleymane Cissé pensait avoir réglé grâce au recrutement de Mayron George.

Un apport qui, cinq mois plus tard, frise le néant. Si l’on excepte une première apparition encourageante contre le FC Bâle, fin août, l’international costaricien de 28 ans n’a fait que décevoir et irriter. En huit apparitions, pour un total de 234 minutes de jeu seulement, George n’a non seulement pas réussi le moindre but ou passe décisive, mais il n’a adressé que trois tirs en direction de la cage adverse.

«Il (Mayron George) fait les efforts nécessaires à l’entraînement, je ne peux rien lui reprocher à ce niveau mais, malgré cela, il n’est toujours pas prêt physiquement à nous apporter ce que l’on attend de lui»

Ilija Borenovic, entraîneur du LS

L’utilisation au compte-gouttes de cet imposant attaquant (189cm) qui aurait dû être le parfait complément de Zeki Amdouni et Cie n’est que la juste conséquence d’une méforme physique durable et problématique. Arrivé à Lausanne, début août, avec quelques kilos de trop - dûs à un Covid contracté dans son pays où il est resté confiné durant près de deux mois l’été dernier - Mayron George n’a toujours pas retrouvé son poids de forme. «Il fait les efforts nécessaires à l’entraînement, je ne peux rien lui reprocher à ce niveau mais, malgré cela, il n’est toujours pas prêt physiquement à nous apporter ce que l’on attend de lui», soupire Ilija Borenovic.

Un retard qui coûte d’autant plus cher au LS que le joueur ne manque pas de talent, comme le confirme Romain Bayard, qui était son coéquipier à Pau la saison passée. «Mayron avait débarqué chez nous en janvier dernier, raconte l’actuel milieu de terrain du SLO. Nous étions alors en position de relégable et donc dans une situation très compliquée au classement. Et si Pau a fini par réussir à conserver sa place en Ligue 2, il le doit en bonne partie à George. En 14 matches, il nous a claqué sept buts, dont la plupart décisifs.»

« Lorsque j’ai vu qu’il avait signé au LS, je me suis d’ailleurs tout de suite dit qu’il allait s’y imposer sans problème et devenir rapidement l’un des bons attaquants de Super League.»

Romain Bayard, ex-coéquipier de Mayron George à Pau

Les problèmes que connaît son ex-coéquipier depuis quelques mois étonnent d’ailleurs Romain Bayard. «Même si nous nous entendions bien à Pau, je ne l’ai jamais revu depuis mon arrivée à Lausanne. Parce qu’il ne parle qu’espagnol et anglais et moi pas. En France, nous ne pouvions échanger qu’avec un traducteur. Cela dit, Mayron est non seulement une bonne personne mais aussi un excellent joueur. Il est très bon de la tête, possède le sens du but et sa stature lui permet également d’être un point d’appui très précieux lorsqu’il s’agit de jouer dos au but ou de conserver le ballon pour permettre à ses coéquipiers de remonter le terrain. Lorsque j’ai vu qu’il avait signé au LS, je me suis d’ailleurs tout de suite dit qu’il allait s’y imposer sans problème et devenir rapidement l’un des bons attaquants de Super League.»

Décisif dès janvier?

Mayron George est aujourd’hui très loin de justifier toutes les qualités que son ancien coéquipier et le staff du LS lui prêtent. Il lui appartient désormais de continuer à faire les efforts nécessaires pour qu’il soit en mesure de les montrer sur le terrain, dès janvier. Ou, comme Noël et le temps des miracles approche, dès ce dimanche à Tourbillon. Personne ne s’en plaindra du côté de la Tuilière.

Votre opinion