07.11.2020 à 14:51

VolleyballLe LUC s’est mis en auto-quarantaine

Les Lausannois ont dénombré sept cas positifs au Covid-19 cette semaine et manqueront donc leur rendez-vous contre Näfels samedi.

von
Thibaud Oberli
Adrien Prével ne se voile pas la face, l’auto-quarantaine est la meilleure solution pour son équipe.

Adrien Prével ne se voile pas la face, l’auto-quarantaine est la meilleure solution pour son équipe.

KEYSTONE

Le LUC est à l’arrêt forcé. Les Lausannois auraient dû prendre la route de Glaris ce samedi pour y affronter Näfels. Mais vendredi, en soirée, c’est l’équipe alémanique qui annonçait sur sa page Facebook une nouvelle tristement redondante ces derniers temps: le club romand s’est mis volontairement en quarantaine puisque sept de ses joueurs ont été testés positifs au Covid-19 cette semaine.

Selon la responsable de la communication du LUC, cette décision est préventive. En effet, le médecin cantonal vaudois, débordé, n’a pas encore pu se prononcer sur le sort de l’équipe lausannoise. Pour éviter un cluster, le choix d’arrêter les entraînements collectifs et de protéger les joueurs et leur entourage a donc été privilégié. L’information est tombée samedi matin, bien après la communication de Näfels. L’idée était d’avoir une vue d’ensemble de la situation et d’entrer en contact avec le médecin cantonal, sans succès selon Aline Chacon.

Contacté par téléphone dans la foulée samedi, le capitaine Adrien Prével relativise: «Nous avions déjà eu de la chance. La première fois qu’un joueur a été testé positif, nous avons pu continuer à jouer. Dans le cas de figure actuel, nous n’avons pas le choix». Le réceptionneur-attaquant fait référence à un épisode, début octobre, où quatre de ses coéquipiers avaient dû s’isoler après des tests positifs.

Dans l’état actuel, difficile de dire si le LUC pourra jouer le week-end prochain contre Bâle Traktor: «Nous ne savons pas exactement comment va se passer notre quarantaine, et donc impossible de savoir quand elle sera terminée». Isolé depuis mardi, testé jeudi et positif vendredi, Adrien Prével explique que sa situation n’est pas identique avec celles de ses coéquipiers, dont les quarantaines n’ont pas débuté en même temps.

Selon lui, la volonté de l’entraîneur, comme de la ligue, est que le plus de matches possibles se jouent dans les temps. Mais l’un des mécanismes mis en place par la fédération est déjà contrecarré par les mesures sanitaires concernant le sport amateur. «Leur volonté est que l’on avance le plus normalement possible, parfois même en récupérant des joueurs de la deuxième équipe. Mais c’est impossible maintenant, car les équipes B ne peuvent plus s’entraîner».

Si le capitaine du LUC est prêt à passer quelques jours à l’arrêt chez lui, il espère que la suite du championnat ne sera pas trop impactée. Bien qu’ayant faim de compétition, le Français souligne l’importance de protéger tout le monde. «Tant que nous pourrons jouer, nous le ferons, même avec des équipes amputées. Mais il est nécessaire de ne pas prendre de risque, pour nos coéquipiers, mais aussi pour nos adversaires». Reste à savoir quand Adrien Prével et ses coéquipiers pourront reprendre le chemin du gymnase.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé