Le mafieux est repéré sur une photo Google Maps
Publié

Flûte!Le mafieux est repéré sur une photo Google Maps

En fuite depuis 20 ans, ce boss sicilien a été identifié sur le service de navigation, debout devant l’épicerie qu’il tenait en Espagne.

par
Michel Pralong
Le mafieux sicilien avait ouvert une épicerie, «Le potager de Manu» à Galapagar, près de Madrid et Google l’a pris par hasard en photo discutant avec un client.

Le mafieux sicilien avait ouvert une épicerie, «Le potager de Manu» à Galapagar, près de Madrid et Google l’a pris par hasard en photo discutant avec un client.

Google Maps

Pas de chance pour Gioacchino Gammino. il est sorti de son épicerie pour discuter avec un client au mauvais moment. Pile quand le véhicule Google passait devant cette boutique de Galapagar, près de Madrid, pour fournir des photos au service de navigation Google Street View. Car le problème, c’est que cet homme de 61 ans est un mafieux parmi les plus recherchés d’Italie.

Membre de la Stidda, groupe mafieux du sud de la Sicile, Gammino s’était échappé d’une prison romaine en 2002, où il était détenu pour meurtre. Un tribunal l’a d’ailleurs condamné par contumace à la perpétuité en 2003. Mais du boss, plus aucune trace. Las police pensait qu’il était en Espagne, mais sans preuve. Jusqu’à ce que quelqu’un, on ne sait comment, repère cet homme en chemise beige qui lui ressemblait sur Google Maps.

Il tenait un restaurant… sicilien

La police a donc décidé d’enquêter sur des traces de lui à Galapagar, révèle «La Republicca». Les policiers siciliens sont alors tombés sur la page Facebook d’un restaurant proche, «La Cocina de Manu», proposant des plats… siciliens mais fermé depuis. Sur cette page, des photos du patron, un certain Manuel, habillé en cuisinier. Et qui avait une cicatrice au menton, comme Gioacchino Gammino.

Le 17 décembre, le mafieux a été arrêté, stupéfait: «Comment m’avez-vous trouvé, je n’ai pas téléphoné à ma famille depuis 10 ans», a-t-il demandé aux policiers. Non, mais il avait eu le tort de discuter avec un client, dans la rue. Il est toujours détenu en Espagne, l’Italie espérant pouvoir le rapatrier d’ici fin février.

Votre opinion

1 commentaire