13.11.2014 à 08:00

EpidémieLe Mali tente de juguler Ebola

Le Mali, dernier pays atteint par Ebola en Afrique de l'Ouest, lutte pour endiguer toute propagation, après plusieurs décès dus au virus à Bamako. Le bilan total a dépassé le cap des 5000 morts,

La clinique Pasteur à Bamako, où un infirmier infecté est décédé

La clinique Pasteur à Bamako, où un infirmier infecté est décédé

Keystone

L'épidémie d'Ebola, la plus grave de l'histoire de cette fièvre hémorragique identifiée en 1976 en Afrique centrale, a fait 5160 morts sur 14'098 cas recensés, dans leur immense majorité au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) arrêté au 4 novembre.

Le Mali tente désormais à son tour de juguler l'épidémie.

L'alerte à Bamako a été lancée mardi soir 11 novembre après le décès d'un infirmier de 25 ans de la clinique Pasteur, testé positif le jour même, qui avait soigné un imam guinéen âgé d'une soixantaine d'années. L'établissement a été placé en quarantaine, avec le personnel et les patients qui s'y trouvaient pour d'autres pathologies.

Ce patient guinéen est décédé le 27 octobre, de même qu'un ami venu lui rendre visite, a indiqué l'OMS, précisant que tous deux, non testés au virus, sont considérés comme des cas probables d'Ebola.

Le corps lavé rituellement, une pratique proscrite

En raison de son statut, le corps de l'imam a été lavé rituellement dans une mosquée de Bamako, pratique proscrite en cas d'Ebola, les cadavres étant particulièrement contagieux, avant d'être ramené dans sa localité de Koulémalé, frontalière entre les deux pays, pour les funérailles, souligne l'OMS.

Souffrant d'une maladie non diagnostiquée, il s'était rendu en voiture avec quatre membres de sa famille le 25 octobre à Bamako pour être admis à la clinique Pasteur.

Trois des quatre accompagnants ont été testés positifs et étaient traités en Guinée, le quatrième, sa première épouse, étant décédée le 6 novembre, a précisé l'OMS.

Le patient guinéen a été admis à la clinique Pasteur pour traiter une «insuffisance rénale», a indiqué une source médicale malienne, expliquant qu'«à sa mort, on a découvert que deux membres de sa famille sont déjà morts d'Ebola, mais il l'a caché».

La lutte marque des points au Liberia

L'OMS a fait état de 28 personnels de santé sous surveillance. S'y ajoutent des patients «dont une quinzaine de soldats de la Mission de l'ONU à Bamako», a déclaré un médecin en quarantaine, joint par téléphone.

«Un médecin qui en réalité est un cas suspect d'Ebola est en observation, parce qu'il a été en contact avec les deux personnes décédées, et nous recherchons par ailleurs d'autres personnes ayant côtoyé les personnes décédées mais qui ont regagné leur domicile», a affirmé un responsable de la clinique.

Malgré ce nouveau risque, la lutte contre l'épidémie marque globalement des points, en particulier au Liberia, le pays le plus touché, avec environ la moitié des cas et des morts comptabilisés, où la tendance au ralentissement se maintient mais est «réversible», prévient l'OMS.

Ebola en chiffres

Moins de soldats américains

Les États-Unis ont décidé de déployer dans ce pays un maximum de 3000 soldats, contre 4000 annoncés précédemment.

«On s'est rendu compte, en travaillant avec l'Agence américaine de développement (USAID) et le gouvernement du Liberia, qu'il y avait beaucoup de capacités là-bas dont nous ne connaissions pas l'existence», a affirmé le général Gary Valesky, chef du contingent américain au Liberia.

«Cela nous a permis de réduire les forces que nous pensions envoyer au départ», a-t-il ajouté.

En Sierra Leone, deuxième pays le plus touché, où l'épidémie progresse le plus rapidement, en particulier dans la région de la capitale, Freetown, la situation restait préoccupante, avec une sous-estimation chronique du nombre de cas et de morts.

En Guinée-Bissau, qui a fermé ses frontières avec la Guinée, une équipe de l'OMS comprenant des médecins venus du Portugal et du Brésil, était en mission pour évaluer le système de santé et les capacités du pays à faire face à Ebola, selon le ministère de la Santé.

Journée d'actions aux États-Unis

Aux États-Unis, où deux infirmières désormais guéries ont été contaminées par Ebola, des milliers d'infirmières ont observé mercredi une journée d'actions afin de demander «des équipements sûrs et une vraie formation» contre le virus.

Au plan sportif, les spéculations allaient bon train sur le pays choisi pour remplacer in extremis le Maroc, auquel la Confédération africaine de football a retiré l'organisation de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2015, prévue du 17 janvier au 8 février, rejetant sa demande de report pour cause d'Ebola sur le continent.

Avec le refus de l'Angola - qui suit ceux de l'Afrique du Sud et du Ghana - d'organiser la compétition, la liste des candidats potentiels se réduit au Gabon, au Nigeria et à l’Égypte.

Le mode de transmission d'Ebola

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!