07.08.2013 à 14:26

Goulets d'étranglementLe manque d'ambition de la Confédération critiqué

Le deuxième programme fédéral d'élimination des goulets d'étranglement sur le réseau national suscite convoitises et critiques parmi les cantons et les lobbys.

Le deuxième programme fédéral d'élimination des goulets d'étranglement suscite les critiques.

Le deuxième programme fédéral d'élimination des goulets d'étranglement suscite les critiques.

Keystone

Le manque de vision politique, de moyens alloués et le déclassement de tronçons routiers provoquent l'incompréhension des acteurs consultés par l'Office fédéral des routes (OFROU).

Dans son premier programme en 2009, la Confédération a approuvé le financement pour 1,4 milliard de francs de l'élimination du goulet d'étranglement de Crissier (VD), l'élargissement à six voies du contournement nord de Zurich ainsi que des tronçons Härkingen (SO)-Wiggertal (AG) et Blegi (ZG)-Rütihof (LU).

Ces projets ont été rejoints par d'autres et répartis en quatre modules, selon l'urgence et l'importance. Seuls les tronçons routiers se trouvant dans les deux premiers modules seront réalisés ces prochaines années. A cette fin, la Confédération dispose d'un fonds de 5,5 milliards de francs.

Dans son deuxième programme, le Conseil fédéral propose d'inclure dans le module 1 - pour les projets les plus urgents - l'aménagement des tronçons Meyrin/Vernier-Le Vengeron (GE), Luterbach-Härkingen (SO) et Andelfingen-Winterthour (ZH). Ces investissements s'élèveront à 995 millions de francs. Parallèlement, d'autres goulets d'étranglement sont rétrogradés.

Des mesures trop modestes

Cette manière de procéder déplaît fortement à la Conférence suisse des directeurs cantonaux des travaux publics, de l'aménagement du territoire et de l'environnement (DTAP). Dans sa réponse à la procédure de consultation, celle-ci dit «ne pas comprendre les déclassements hors du module 2, et ce malgré les embouteillages constants.»

Seuls les goulets d'étranglement les plus importants seront traités. Ce n'est pas assez, pour la DTAP. Le retard ainsi accumulé pourrait avoir«de graves conséquences sur l'économie nationale», craint-elle.

Les cantons qui voient certains de leurs axes routiers dévalués manifestent également leur mécontentement. Le canton de Vaud ne comprend pas que les tronçons Le Vengeron-Coppet-Nyon (VD) et Villars-Sainte-Croix - Cossonay (VD), classés dans les modules 2 et 3, ne figurent pas parmi les projets urgents. Par ailleurs, les autorités vaudoises critiquent le manque d'explication concernant l'ordre de priorité.

Efficacité mise en doute

Les cantons de Fribourg et Zurich doutent eux de «l'efficacité d'éliminer un goulet d'étranglement, alors qu'il risque de réapparaître plus loin, quelques années plus tard». Et le gouvernement fribourgeois de suggérer d'inciter, en parallèle, les usagers à utiliser le covoiturage. Une proposition soutenue par les Vert'libéraux.

L'association transports et environnement (ATE) craint que des routes plus larges ne mènent à davantage de trafic routier, et donc à une augmentation des émissions de CO2. En ce sens, elle propose d'attribuer les millions prévus au trafic d'agglomération. Une idée partagée par le PS. Les socialistes estiment que les mesures contre les goulets d'étranglement ne résoudront pas les problèmes de surcharge du trafic, mais les renforceront.

Ce n'est pas l'avis du PDC, qui salue les mesures envisagées tout en les jugeant «largement insuffisantes» au regard des 427 kilomètres de routes nationales qui seront saturées à l'horizon 2030.

Plus de moyens

Pour éviter cette vision cauchemardesque, l'association suisse des transports routiers (ASTAG) et l'organisation routesuisse réclament davantage de moyens financiers. La manne fédérale doit notamment être allouée à la suppression des bouchons qui bloquent les routes lémaniques et les villes des montagnes neuchâteloises. Une demande également soutenue par l'UDC, le PLR et l'Union suisse des arts et métiers (usam).

Economiesuisse rappelle quant à elle le coût des bouchons pour l'économie, estimé à 1,5 milliard de francs. Et de réclamer la création d'un nouveau paquet d'élimination des goulets d'étranglement, financé par les 3,2 milliards du fonds d'infrastructure.

Avec l'arrêté fédéral sur l'élimination des goulets d'étranglement, la Confédération veut disposer de plus de moyens financiers afin de traiter d'autres routes nationales engorgées. L'augmentation de la vignette autoroutière à 100 francs devrait y contribuer. Combattue par référendum, cette hausse sera soumise au peuple en novembre.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!