Football – Le Maroc en huitièmes, le Ghana en danger
Actualisé

FootballLe Maroc en huitièmes, le Ghana en danger

En battant les Comores 2-0 à Yaoundé, les hommes de Vahid Halilhodzic se sont qualifiés pour la phase suivantes de la Coupe d’Afrique des nations. Dans l’autre match, le Gabon et le Ghana ont fait match nul.

Le Marocain Tarik Tissoudali (premier plan) au contact avec le joueur des Comores et du Stade Lausanne Ouchy Rafidine Abdullah.

Le Marocain Tarik Tissoudali (premier plan) au contact avec le joueur des Comores et du Stade Lausanne Ouchy Rafidine Abdullah.

AFP

Le Maroc s’est qualifié pour les huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en battant les Comores (2-0) dont le gardien Salim Ben Boina a été le héros du stade Omnisports de Yaoundé, ce vendredi. Solides, les hommes de Vahid Halilhodzic ont marqué tôt, par Selim Amallah (17e), puis contenu leur adversaire avant dix dernières minutes plus folles, après un penalty de Youssef En-Nesyri arrêté par Ben Boina (83e).

Sofiane Alakouch (89e) a finalement signé le but du 2-0, concrétisant l’écrasante domination marocaine. Après la victoire contre le Ghana (1-0), les «Lions de l’Atlas» assurent leur place en huitièmes de finale. Ils vont pouvoir bichonner leurs attaquants blessés ou positifs au Covid. En-Nesyri a joué les 25 dernières minutes, Ryan Mmaee attend un test négatif.

Il faudra un exploit

Les Comores, qui évoluent avec deux joueurs du Stade Lausanne Ouchy, Rafidine Abdullah et Mohamed Abdallah, auront besoin d’un exploit au troisième match contre le Ghana pour espérer une place de meilleur troisième. Et leur gardien, qui remplaçait Ali Ahamada aligné au premier match contre le Gabon (vainqueur 1-0), a fait honneur au football des îles de l’Océan Indien.

Pour son tout premier match dans une phase finale de la CAN, Ben Boina s’est fait remarquer sur des arrêts face à Alakouch (75e) ou Achraf Hakimi (77e), avant de soulever la – maigre – foule avec une triple parade sur sa ligne (78e) qui a même déclenché des applaudissements dans la tribune de presse, journalistes marocains compris.

Penalty arrêté

Le joueur d’Endoume, club marseillais de 4e division, a aussi détourné le penalty d’En-Nesyri, qu’il avait lui-même provoqué en percutant Zakaria Aboukhlal. Cet exploit a donné des ailes à ses coéquipiers, qui ont tout tenté ensuite pour arracher un nul miraculeux. Il leur a manqué de la précision dans la dernière passe pour vraiment inquiéter «Bono», Yassine Bounou, le gardien du Séville FC. Mais le Maroc était vraiment trop au-dessus et aurait dû marquer plus de buts, sans Ben Boina certes, mais sans une certaine maladresse aussi.

Malgré une pelletée d’occasions, les Marocains n’ont marqué que deux fois. Amallah a récupéré la ballon après une succession de frappes dans la surface, s’est décalé sur la droite en évitant deux joueurs et a frappé entre le gardien et les défenseurs comoriens. Puis le joueur du Standard de Liège a ajouté une passe décisive à son match en servant Alakouch après une série de dribbles. Et cette fois Ben Boina n’a rien pu faire.

Le Ghana très fâché

En soirée, dans l’autre match du groupe, le Gabon est le Ghana ont fait match nul 1-1. André Ayew a ouvert la marque pour les «Black Stars» à la 18e minute, mais Jim Allevinah (88e) a ramené les «Panthères» à égalité. «C’est très petit de leur part, mais c’est comme ça avec les petites équipes», a pesté Ayew, le visage fermé en conférence de presse.

Le capitaine conteste le fait que les «Panthères» aient joué un ballon mis en touche par Baba Rahman, car Daniel-Koffi Kyereh était au sol. Et c’est sur cette action que Jim Allevinah a égalisé. La délégation ghanéenne était folle de rage contre ce but. «Dédé» Ayew était furieux, son frère Jordan aussi. A la fin du match une bagarre a même éclaté au centre du terrain.

«C’est nous qui mettons le ballon en touche, le fair play du football, c’est de rendre le ballon, sinon il ne marquent pas. Ils n’ont eu aucune occasion», a enragé Ayew.

Ce seul point n’arrange pas les Ghanéens, qui se retrouvent troisième au classement. Le Maroc avec 6 points, devance le Gabon, qui en 4, et les deux équipes s’affronteront lors du dernier tour de la phase de poules, mardi. En cas de match nul entre le Maroc et le Gabon, une victoire des Ghanéens contre les Comores ne garantirait pas la qualification aux hommes de Milovan Rajevac. Et on l’a vu, les Comoriens peuvent poser des problèmes à leurs adversaires…

(AFP)

Votre opinion