Publié

TestLe Mate Pro 10 soigne son image

Le nouveau navire amiral du fabricant chinois de smartphones Huawei met en avant ses capacités photographiques. Prise en main.

par
Jean-Charles Canet
La météo fut certes capricieuse (au programme, pluie battante et froid de canard) à l’heure de tester les fonctions photographiques du nouveau flagship de Huawei sur le marché de Noël de Francfort. Cela à au moins permis de constater que l’appareil ne craint pas l’eau tout en restant capable de capturer de magnifiques clichés nocturnes. Les deux photos amateurs ci-dessus en témoignent. La combinaison des lentilles Leica à la puissance de calcul et des algorithmes performants ont placé sans conteste le modèle dans ce qui peut se faire de mieux actuellement pour un smartphone.

La météo fut certes capricieuse (au programme, pluie battante et froid de canard) à l’heure de tester les fonctions photographiques du nouveau flagship de Huawei sur le marché de Noël de Francfort. Cela à au moins permis de constater que l’appareil ne craint pas l’eau tout en restant capable de capturer de magnifiques clichés nocturnes. Les deux photos amateurs ci-dessus en témoignent. La combinaison des lentilles Leica à la puissance de calcul et des algorithmes performants ont placé sans conteste le modèle dans ce qui peut se faire de mieux actuellement pour un smartphone.

Cela fait de nombreux mois que Huawei ambitionne d’entrer dans la cour des grands et de tailler quelques croupières aux acteurs dominants dans le secteur haut de gamme, Samsung et Apple pour ne pas les nommer. Le fabricant chinois de smartphones et autres dérivés techno numériques s’en est cette fois donné les moyens en introduisant tout dernièrement le Mate 10 Pro, un terminal au prix conseillé de 799 francs (sans subvention opérateur).

Comme un pro

Voici donc un appareil à l’écran King Size, au format 18:9 (comme l’iPhone X mais plus grand), OLED bien sûr, richement doté en mémoire (128 Go en standard), d’une batterie à la capacité supérieure (4000 mah) et d’un processeur baptisé Kirin, à la fois cerveau et bête de course. Sur son dos, on découvre des lentilles Leica, fruit du partenariat entre Huawei et le célèbre manufacturier allemand, et tout ce qu’il faut pour réussir des photos comme un pro.

Le smartphone en main, comme nous avons pu le faire lors d’une «master class» à Francfort puis hors de tout encadrement, l’impression de composer avec un appareil haut de gamme est patent. Esthétiquement, le Mate 10 Pro est un peu plus «classique» que l’iPhone X et son écran bord à bord ou qu’un modèle Samsung, mais le fabricant chinois a l’élégance d’inclure une protection transparente du meilleur effet et un chargeur rapide par défaut. À l’usage, on découvre le système d’exploitation Android dans sa dernière version (8.0) augmenté par une surcouche logicielle maison, comme c’est souvent le cas dans la famille du petit robot vert. Cette combinaison laisse à l’usager une très grande latitude pour personnaliser l’interface à son goût, mais laisse aussi une impression de complexité qui risque de rebuter les plus technophobes.

Côté autonomie, la batterie du Mate 10 pro – avec les options laissées par défaut – nous a permis de passer une journée complète sans avoir à se soucier de son niveau. Nous ne sommes en revanche pas parvenus à passer un second cycle de 24 heures l’esprit tranquille. À l’instar des concurrents que nous avons pu tester, la recharge quotidienne reste de rigueur. Nous avons également relevé l’absence de prise jack audio, supprimée au profit d’un connecteur tout en un (USB C), mais sans ressentir cela comme un désagrément.

Pour la sécurité, pas de reconnaissance faciale: Huawei en est resté à un détecteur d’empreinte digitales qui ne peut être pris à défaut qu’avec des doigts mouillés. On note enfin que le Mate 10 Pro ne peut pas être rechargé sans fil par induction. Des lacunes certes pour du haut de gamme, mais que nous ne qualifierons pas pour autant de défauts rédhibitoires.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!