Presse: «Le Matin» et «20 minutes» vont unir leurs forces
Publié

Presse«Le Matin» et «20 minutes» vont unir leurs forces

Les deux rédactions n’en feront plus qu’une en 2018. Sur papier et internet, les titres subsistent tels quels. Des emplois sont malheureusement touchés.

Un changement s'annonce. Le 1er janvier 2018, «Le Matin» et «20 minutes» réuniront leurs rédactions respectives en une seule entité. Plutôt présentés en concurrents depuis la naissance du journal gratuit il y a onze ans, les deux titres comptent renforcer leur position respective. Pour «Le Matin» en particulier, en difficulté financière depuis une vingtaine d’années, cette nouvelle organisation présente une opportunité permettant tant de poursuivre son activité que de développer ses projets, notamment sur le numérique. Le regroupement engendre le licenciement de six personnes au sein du quotidien orange. D’autres postes sont supprimés des deux côtés à la suite de départs naturels.

«Ce n’est pas une fusion de titres», explique Grégoire Nappey, qui demeurera rédacteur en chef du Matin dans la nouvelle organisation et a conçu ce projet avec son homologue Philippe Favre. Nous mettons nos forces en commun avec celles de «20 minutes» afin de continuer à alimenter tous nos supports, comme ils le sont aujourd’hui: papier et web. «Les deux marques vont donc continuer à exister comme on les connaît. Elles vont même pouvoir renforcer leur identité en gardant chacune leurs spécificités.»

Le projet a été présenté dans les grandes lignes ce mardi après-midi aux rédactions. Il sera mis en place durant les quatre prochains mois avec les équipes. Pour Philippe Favre à «20 minutes», «c’est une opportunité d’intégrer de nouvelles compétences pour chacun de nous». Depuis des décennies, «Le Matin», ancienne «Tribune de Lausanne», s’est distingué par sa ligne éditoriale forte (enquêtes, reportages, vulgarisation, faits divers, people, sports), son ton décalé, ses choix différents et sa mise en scène originale des contenus. De son côté, «20 minutes», entièrement gratuit, propose des formats courts résumant l’actualité et est davantage orienté vers un public jeune. «Les deux titres renforceront leurs particularités tout en bénéficiant d'un nouveau souffle, souligne Grégoire Nappey. «Le Matin», lematin.ch comme «Le Matin du Soir» sont maintenus».

La presse en plein bouleversement

En parallèle à l'explosion du numérique, la presse voit son modèle économique complètement remis en cause. La concurrence d’internet (réseaux sociaux, contenus gratuits, publicité bon marché et ciblée) a engendré une érosion du lectorat et des revenus publicitaires. Les éditeurs tentent de réagir, mais l’affaire est compliquée, tant les géants du web comme Google ou Facebook sont devenus puissants et les habitudes du public difficiles à inverser.

Titre d’envergure romande, très apprécié dans les cafés-restaurants, connu pour ses caissettes parsemant le territoire, son format et son ton spécifique, «Le Matin» a connu une accélération de ses difficultés ces dernières années. En réunissant ses titres les plus populaires, l’éditeur zurichois Tamedia se dote ainsi d’une importante force de frappe rédactionnelle. Et compte bien ainsi raviver la couleur du titre orange.

Votre opinion