03.09.2020 à 15:49

GenèveLe MEG rend hommage à Jean Dubuffet

Le Musée d’ethnographie de Genève présente une soixantaine d’œuvres originales du peintre et sculpteur Jean Dubuffet.

La nouvelle exposition du Musée d’ethnographie de Genève (MEG) plonge le visiteur dans l’univers protéiforme de l’artiste français Jean Dubuffet.

La nouvelle exposition du Musée d’ethnographie de Genève (MEG) plonge le visiteur dans l’univers protéiforme de l’artiste français Jean Dubuffet.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Le Musée d’ethnographie de Genève (MEG) rend hommage à Jean Dubuffet, artiste français à l’origine du concept d’art brut. Cette nouvelle exposition à découvrir dès mardi et jusqu’en février 2021.

«C’est un provocateur qui joue au chamboule tout», a déclaré Baptiste Brun, commissaire de l’exposition «Jean Dubuffet, un barbare en Europe». «Le parcours au MEG permet de le montrer comme artiste, écrivain, sculpteur, constructeur d’édifice, musicien et chercheur, pour l’aborder dans sa totalité», a ajouté ce spécialiste.

Cette exposition, montée avec la collaboration de la Fondation Dubuffet et de la Collection de l’art brut de Lausanne, est une coproduction, qui a déjà été présentée au MUCEM de Marseille et à l’Institut d’art moderne de Valence. «Elle a été adaptée et développée pour son passage à Genève», a précisé jeudi devant la presse Boris Wastiau, directeur du MEG.

Visite en Suisse

Le MEG présente ainsi 323 objets en lien avec la pensée de Jean Dubuffet. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, cet artiste insaisissable et polémique met en jeu une critique radicale de l’art et de la culture de son temps. Il trouve un art différent en Afrique, en Océanie, chez les enfants, dans les milieux psychiatriques, dans les prisons ou encore dans les graffitis.

L’exposition met l’accent sur la visite que Jean Dubuffet (1901-1985) a effectuée en Suisse en juillet 1945 en compagnie de l’architecte Le Corbusier et de l’écrivain Jean Paulhan. Il s’est alors rendu au Musée d’ethnographie de Genève où il a rencontré son directeur Eugène Pittard. Cet anthropologue lui a notamment fait découvrir les masques pour le Tschäggättä du Lötschental.

Le MEG consacre ainsi une partie de l’exposition à ces objets qui ont modelé le regard de l’artiste Jean Dubuffet. Le visiteur pourra notamment admirer les bambous gravés de Nouvelle-Calédonie. Pour Jean Dubuffet, qui a réuni et archivé des collections tout au long de sa vie, il s’agit de chercher des productions qui seraient selon lui moins affectées par la culture artistique.

Fresque projetée

Une autre partie de l’exposition est dédiée à la critique de la culture occidentale. Une reproduction de l’œuvre «Nunc Stans», une fresque de 22 mètres de long qui n’a jamais été achevée, est à découvrir en fin de parcours. Cette énorme œuvre dynamique est projetée sur un mur.

Le jeune public n’est pas en reste. Quatre activités ludiques, intitulées «La petite fabrique de Dubuffet», invitent à créer des portraits hors norme, à jouer avec des mots et à dessiner sur les murs d’une cabane selon le style de l’ «Hourloupe», des dessins répétitifs sous forme de rayures rouges et bleues.

(ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!