Canaries – «Le meilleur de nos vies est ici, même si une partie est en dessous de la lave»
Publié

Canaries«Le meilleur de nos vies est ici, même si une partie est en dessous de la lave»

Malgré leurs malheurs, les résidents de La Palma qui ont tout perdu dans l’éruption du volcan n’envisagent pas pour autant de quitter l’île.

1 / 16
Tous les vols prévus sur l’île espagnole de La Palma ont été annulés en raison des cendres émises par le volcan Cumbre Vieja. (Samedi 20 novembre 2021)

Tous les vols prévus sur l’île espagnole de La Palma ont été annulés en raison des cendres émises par le volcan Cumbre Vieja. (Samedi 20 novembre 2021)

Reuters
Les émanations de gaz provoquées par l’arrivée dans l’océan de la lave du volcan Cumbre Vieja, dans l’archipel espagnol des Canaries, représentent pour l’heure un risque «mineur» pour la population, selon un expert. (Mercredi 29 septembre 2021)

Les émanations de gaz provoquées par l’arrivée dans l’océan de la lave du volcan Cumbre Vieja, dans l’archipel espagnol des Canaries, représentent pour l’heure un risque «mineur» pour la population, selon un expert. (Mercredi 29 septembre 2021)

AFP
La lave du volcan entré en éruption il y a dix jours sur l’île de La Palma, dans l’archipel espagnol des Canaries, a atteint l’océan dans la nuit de mardi à mercredi. (Mercredi 29 septembre 2021)

La lave du volcan entré en éruption il y a dix jours sur l’île de La Palma, dans l’archipel espagnol des Canaries, a atteint l’océan dans la nuit de mardi à mercredi. (Mercredi 29 septembre 2021)

AFP

Il y a encore quelques semaines, Rüdiger vivait heureux avec sa femme et leur petit garçon à La Palma, jusqu’à ce que l’éruption d’un volcan sur cette île de l’archipel espagnol des Canaries transforme leur petit paradis en cauchemar.

AFP

«En pleurs et effrayée»

Rüdiger Wastel, un Allemand de 52 ans, accepte de montrer à des journalistes de l’AFP des photos de sa maison, une des premières à avoir été ensevelies par la lave incandescente que crache depuis le 19 septembre le volcan Cumbre Vieja.

«Je travaillais au restaurant lorsque j’ai entendu l’explosion», raconte-t-il dans son restaurant, «Franchipani», à El Paso, une localité située dans la partie occidentale de l’île, en plein dans la zone dévastée par la lave.

Rüdiger Wastel

Rüdiger Wastel

AFP

«J’ai mis dix minutes à retrouver mon amour, qui était dans la voiture en pleurs et effrayée», raconte- t-il en parlant de son épouse, qui s’était précipitée à leur domicile pour rassembler quelques affaires.

Leur maison se trouvait à environ 300 mètres de l’endroit où la lave a jailli du volcan. «Un membre du conseil municipal m’a dit il y a deux semaines: "il faut te faire une raison, tu ne pourras plus vivre là-bas"», lâche-t-il.

Malgré tout, il n’envisage pas du tout de quitter cette petite île où il est arrivé il y a 16 ans.

«C’est ma terre, mon fils est né ici, j’ai rencontré mon amour ici», déclare-t-il. «La meilleure partie de nos vies est ici, même si une partie est en dessous de la lave».

Le cheval et c’est tout

Les malheurs se sont accumulés pour cette zone de l’île, car avant l’éruption, il y avait eu en août des incendies de forêt qui avaient entraîné l’évacuation de centaines de personnes et détruit des habitations.

Le nombre exact des maisons englouties par la lave et celui des gens qui y habitaient n’est pas connu, mais on sait qu’au moins 870 bâtiments de tous types ont été complètement détruits et qu’environ 6000 personnes ont été évacuées.

Pour sa part, Abel Armas, 64 ans, sait qu’il a perdu deux maisons et une cave à vin.

«Tout ce que j’avais a disparu et j’ai énormément pleuré», confie-t-il à l’AFP, abattu, dans une station-service où il s’est arrêté avec son camion chargé de bananes, l’une des deux principales ressources économiques de l’île avec le tourisme.

«Le jour de l’éruption, j’ai sorti mon cheval (…), mais rien d’autre», explique-t-il. «Ce sont quarante années» de sa vie qui ont été ensevelies par la lave, qui, depuis la nuit du 28 au 29 septembre, se jette sans discontinuer dans les eaux de l’océan Atlantique.

Et pourtant, pas question non plus qu’il s’en aille. «Je resterai sur l’île, mais là-bas, c’est terminé», assure-t-il en montrant l’endroit où se trouvaient ses propriétés.

S’il y a bien quelque chose qui énerve les «Palmeros» (les habitants de La Palma), c’est quand on leur suggère qu’ils devraient peut-être songer à quitter cette île volcanique.

Ils rappellent d’abord que les trois éruptions survenues depuis 1949 n’ont fait au total que trois morts - dont deux par inhalation de gaz toxiques - et que l’éruption actuelle, qui n’a fait ni mort ni blessé, est de loin la plus dévastatrice.

AFP

Il y a des dizaines d’endroits dans le monde où les risques sont «beaucoup, beaucoup plus grands, pas seulement pour les habitations, mais aussi pour les personnes», argumente Manuel Perera, un architecte qui est aussi conseiller en charge de l’urbanisme à la municipalité voisine de Los Llanos.

Il cite notamment Miami et ses ouragans ou encore l’océan Pacifique en raison des séismes.

Sentiment de «honte»

Sa collègue Elena Pais, qui porte un gilet orange, dirige dans le complexe sportif Severo Rodríguez de Los Llanos les opérations d’aide aux personnes qui n’ont plus rien.

On y trouve des piles de vêtements bien rangés par sexe, âge et taille, de la nourriture, des ustensiles de cuisine, des couvertures, des draps, des jouets ou encore du matériel scolaire.

Mme Pais, qui n’a pas eu beaucoup de repos depuis deux semaines, affirme que le pire est à venir. «Nous allons avoir des mois très durs», assure-t-elle à l’AFP. «Il y en a qui résistent mieux, mais la situation et le drame que nous traversons sont terribles», dit-elle.

Des travailleurs sociaux, des psychologues et des volontaires, dont de nombreux adolescents, sont là pour guider les gens qui ont besoin d’assistance.

Parmi ceux qui franchissent la porte de ce complexe sportif, beaucoup éprouvent un sentiment de «honte» de devoir demander de l’aide, déplore Victor Simon, un volontaire de 48 ans.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires