Football - Le meilleur et le pire des inaugurations de stades
Actualisé

FootballLe meilleur et le pire des inaugurations de stades

Le Lausanne-Sport va présenter son tout nouvel écrin à ses spectateurs, dimanche. Une bonne occasion pour rappeler ce qui était génial - ou non - lors des autres inaugurations.

par
Rebecca Garcia
Il n’y a pas que les soirées européennes – comme YB en 2019 (ici Christian Fassnacht, contre Glasgow) – qui ravissent les spectateurs.

Il n’y a pas que les soirées européennes – comme YB en 2019 (ici Christian Fassnacht, contre Glasgow) – qui ravissent les spectateurs.

AFP

On préfère une équipe qui se prend une claque d’entrée dans son stade flambant neuf, ou une qui perd au terme d’un match insipide? Heureusement, il y a de tout en Suisse. Les inaugurations de stades réservent leur lot de surprises - y compris de chanteurs aujourd’hui oubliés du grand public. Petite plongée dans le passé.

Sion pour l’éternité

Que dire du premier match du FC Sion dans son antre? «Le Nouvelliste» de l’époque se livre à une analyse complète face au FC Zurich le 12 août 1968. Les Sédunois ont bien marqué le premier but à Tourbillon. «Contre un adversaire aussi fort que Zurich qui jouera les premiers rôles en championnat, c’est certain, il est prématuré, surtout en début de saison, de tirer de trop hâtives conclusions», écrit le journaliste. Le FCZ avait remporté la Ligue nationale A l’année précédente. Il a logiquement battu le FC Sion 4-2 sur sa pelouse. Pas de quoi calmer les ardeurs des supporters valaisans, qui ont tout de même trouvé une raison de fêter quelque chose. «Le Nouvelliste» parle d’une «pleine réussite». Tant qu’on omet le score, difficile de leur donner tort.

Sur son site internet, le club dit posséder «lécrin qui va lui permettre décrire les lignes les plus prestigieuses de son histoire». Manque de chance, les Valaisans sont relégués la même saison.

À noter qu’il faudra attendre douze années pour connaître les premiers guichets fermés de l’histoire du stade de Tourbillon. «Il accueille 12557 spectateurs, l’affluence officielle, à l’occasion de la demi-finale entre le FC Sion et Servette» écrit Stéphane Fournier, dans un article anniversaire paru dans «Le Nouvelliste» en 2018.

Xamax, les hauts et les bas

Le stade de la Maladière n’aura pas connu que des guichets fermés, mais ils ont tendance à être mémorables. L’inauguration fait partie de ces grandes occasions. Le club accueille La Chaux-de-Fonds pour le compte du championnat de Challenge League, le 18 février 2007. C’était l’hiver et il faisait froid, mais les Chaux-de-Fonniers n’ont pas pu arracher la victoire dans ces conditions. La rencontre s’est terminée par une victoire de Xamax 3-2 face à son doux rival. Surtout, elle a commencé dans les meilleures conditions. La chanteuse Cindy, qui avait participé à la Nouvelle Star en 2006, a chanté «Baby Sexy» sur la pelouse des Rouge et Noir.

Autre figure mythique du canton, le skieur Didier Cuche a donné le coup d’envoi du match qui s’est montré passablement divertissant pour les 11997 spectateurs. Les reportagesde la TSR à l’époquemontrent que certains Neuchâtelois étaient dépités à l’idée de ne pas avoir de billets.

Servette, la huée en chœur

16 mars 2003, date d’inauguration de la Praille. Servette avait à cœur d’y briller face à Young Boys. Les Genevois ont dû se contenter d’un match nul, 1-1. La feuille du match nous apprend que Servette a mené au score pendant 26 minutes avant que ses adversaires n’égalisent.

Le stade n’était pas totalement rempli. «Suite à un penalty accordé aux Bernois, les Genevois découvrent le son coordonné de 30000 personnes qui sifflent», écrit David Haeberli, journaliste du «Temps» envoyé sur place. Sa vision des supporters est assez franche: «Si leur équipe na pas fait un bon match et reste dernière du classement, tous conviennent que lenceinte est de toute beauté.» Ça leur fait une belle jambe.

YB, la première ne passe pas

Lot de consolation: si YB a su jouer les trouble-fêtes à Genève, l’équipe est tombée sur plus forte qu’elle pour ses premiers matches à domicile. Ses premiers matches, car il est difficile de trouver quel est le match qui marque la nouvelle ère. Il y a eu un match de 3e tour de la Coupe Intertoto opposant Young Boys à Marseille mi-juillet 2005. Les Français l’ont emporté mais attention, ce n’était pas encore l’inauguration officielle. L’agence de presse Associated Press parle de la date du 30 juillet comme celle à inscrire dans l’agenda. Le dimanche, il y avait d’ailleurs un tournoi entre YB, le VfB Stuttgart et l’Udinese Calcio. Là encore, YB n’a pas gagné devant ses 25000 spectateurs mais termine honorablement deuxième.

Le prix des billets était trop élevé pour la population. 18000 des 32000 places disponibles ont trouvé preneur pour le spectacle censé fêter le nouveau Stade de Suisse. Pire encore: un acrobate s’est blessé pendant la représentation. «Lhomme de 30 ans était accroché sous un ballon gonflé à lhélium qui sest détaché. Après un parcours de 400 mètres, le ballon sest écrasé sur le toit dun garage. Lartiste a été hospitalisé avec diverses fractures, mais sa vie na jamais été en danger» précise «La Tribune de Genève» de l’époque.

Quant au premier match de Championnat, il s’agit d’une défaite. Les Bernois se sont inclinés sur un 3-0 sec contre Grasshopper. Le Stade de Suisse – ancien et futur Wankdorf – n’aura pas été inauguré de la meilleure des manières.

Tissot Arena, tout le temps pour regarder l’heure

Qu’il paraissait poussif, le match inaugural entre le FC Bienne et le FC Wil, le 8 août 2015. Aucun but marqué, et à en croire Étienne Chapuis qui couvrait le match pour le «Journal du Jura», aucune attente n’était présente. «Plus de 4700 spectateurs s’étaient déplacés samedi dans le quartier industriel de la ville, au motif de découvrir la Tissot Arena sans doute bien davantage que par intérêt pour l’équipe locale (il ne faut pas rêver)», écrit-il. L’intérêt ne s’est manifestement pas développé pendant le match. L’équipe locale a bien essayé d’attaquer mais c’était compter sans un FC Wil désireux de garder sa cage inviolée.

Votre opinion