États-Unis - Le meurtrier de George Floyd plaide à nouveau non coupable
Publié

États-UnisLe meurtrier de George Floyd plaide à nouveau non coupable

Inculpés par la justice fédérale pour «violation des droits constitutionnels» de George Floyd, Derek Chauvin et ses trois anciens collègues plaident tous «non coupable»

Derek Chauvin, âgé de 45 ans, a été reconnu coupable de meurtre.

Derek Chauvin, âgé de 45 ans, a été reconnu coupable de meurtre.

Reuters

Le policier condamné pour le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd et ses trois anciens collègues présents le jour du drame ont plaidé mardi non coupable au début d’une nouvelle procédure, devant la justice fédérale cette fois. Derek Chauvin, 45 ans, n’a jamais reconnu aucun tort dans la mort du quadragénaire noir, sur le cou duquel il était resté agenouillé pendant près de dix minutes en mai 2020 à Minneapolis.

Il a été reconnu coupable de meurtre et purge une peine de 22 ans et demi de prison prononcée en juin à l’issue d’un procès hors norme devant la justice de l’État du Minnesota. Lors des audiences, son avocat avait martelé qu’il s’était contenté de suivre les procédures en vigueur dans la police et que la mort de George Floyd était due à des problèmes de santé combinés à l’ingestion de drogues, sans convaincre les jurés.

«Violations des droits constitutionnels»

Ses trois anciens collègues, Tou Thao, Alexander Kueng et Thomas Lane, doivent être jugés en mars pour «complicité de meurtre» également par la justice du Minnesota. En parallèle, les quatre hommes ont été inculpés par la justice fédérale pour «violation des droits constitutionnels» de George Floyd.

C’est dans ce volet qu’ils comparaissent mardi, par vidéo, devant un juge fédéral. Au début de l’audience, ils ont tous «plaidé non coupable».

La presse locale avait pourtant rapporté que Derek Chauvin négociait un accord de plaider coupable afin d’éviter un nouveau procès. À la fin du premier procès, il avait alimenté les spéculations en déclarant à la famille Floyd: «il y aura à l’avenir de nouvelles informations, que j’espère intéressantes et qui vous apporteront de la tranquillité d’esprit».

Les «doubles» poursuites sont autorisées aux États-Unis mais relativement rares, et reflètent l’importance de ce dossier au cœur de manifestations géantes contre le racisme et les violences policières dans tous les États-Unis.

Version originale publiée sur 20 min.ch

(AFP)

Votre opinion