Rupperswil (AG): Le meurtrier jouait au casino le lendemain du drame
Publié

Rupperswil (AG)Le meurtrier jouait au casino le lendemain du drame

Contrairement à ce qu'il a affirmé, Thomas N. n'était pas un étudiant en médecine. Il s'est rendu au casino avec des amis quelques heures après le quadruple meurtre.

1 / 33
La procureure Barbara Loppacher avait renoncé à faire appel dans un premier temps. Mais après le recours du condamné, elle s'y est décidé dans le délai légal. (Lundi 22 octobre 2018)

La procureure Barbara Loppacher avait renoncé à faire appel dans un premier temps. Mais après le recours du condamné, elle s'y est décidé dans le délai légal. (Lundi 22 octobre 2018)

Keystone
Thomas N. fait recours contre son internement. (Jeudi 13 septembre 2018)

Thomas N. fait recours contre son internement. (Jeudi 13 septembre 2018)

Keystone
Georg Metger (à droite), compagnon de la mère assassinée, publie un livre sur le drame. (Vendredi 13 avril 2018)

Georg Metger (à droite), compagnon de la mère assassinée, publie un livre sur le drame. (Vendredi 13 avril 2018)

Keystone

Le lendemain du quadruple meurtre de Rupperswil (AG), l'auteur présumé de la tuerie s'est rendu au casino de Zurich, où le système de sécurité a enregistré son nom et sa date de naissance, affirme le SonntagsBlick.

Le Suisse de 33 ans y était avec des amis de son club de football seulement douze heures après le drame. Il a ensuite mangé dans un restaurant Steakhouse. Le casino refuse toutefois de dévoiler le montant de l'argent dépensé par le suspect, invoquant «des raisons de confidentialité».

Pour rappel, le 21 décembre, Thomas N. avait égorgé une femme de 48 ans, ses deux fils de 13 et 19 ans et la petite amie de l'aîné, 21 ans, au domicile familial. Après avoir pénétré dans la maison des victimes et ligoté les trois jeunes, il avait forcé la mère de famille à aller chercher de l'argent en ville. Au total, il avait obtenu 9850 francs et 1000 euros. A son retour, il avait abusé sexuellement du plus jeune fils puis égorgé les quatre personnes avec un couteau.

Plus étudiant

Selon d'autres journaux dominicaux, il n'était plus inscrit à l'université, contrairement à ce qu'il affirmait. Il avait bien commencé des études de droit en 2003 à Berne, mais les avait abandonnées deux semestres plus tard, affirme Le Matin Dimanche. Il s'était ensuite inscrit en 2009 en médecine dans la même université après avoir réussi l'examen d'aptitude obligatoire, mais ne les a pas terminées.

«Thomas N. n'a jamais obtenu de diplôme de l'Université de Berne et n'est pas immatriculé chez nous» a précisé la porte-parole de l'institution, Brigit Bucher, au Matin Dimanche.

(AEC / ATS)

Votre opinion