France: Le meurtrier présumé d'Angélique tente d'expliquer son geste
Publié

FranceLe meurtrier présumé d'Angélique tente d'expliquer son geste

Dans une lettre adressée à son avocat, David R. revient sur les circonstances du drame survenu le 25 avril à Wambrechies (nord).

par
joc

Incarcéré depuis fin avril après avoir avoué le viol et le meurtre de la jeune Angélique, David R. a été placé à l'isolement. Une mesure prise pour le protéger des autres détenus mais surtout de lui-même, qui a confié avoir des pensées suicidaires. Conscient que sa vie est finie, le père de famille se réfugie dans l'écriture. Dans une longue lettre rédigée à l'attention de son avocat, l'homme de 45 tente d'expliquer son geste, ou en tout cas de le replacer dans son contexte, rapporte le «JDD».

David R. raconte qu'après avoir violé Angélique, qui se débattait et criait, il s'est dit «Je ne peux pas cacher ça.» Pourtant, le quadragénaire a basculé et étranglé l'adolescente de 13 ans. Il dit s'être trouvé «dégueulasse» mais avoir ensuite déployé «une énergie folle pour se sauver, tout en sachant que c'est peine perdue».

«L'enfer des mensonges»

Le père de famille confie qu'au moment de cacher le corps de la jeune fille, il a hésité entre le noyer et le brûler. Il s'est finalement résolu à acheter une pelle, mais ce n'était «pas la bonne»: le sol était «trop dur». Il finira par déposer le cadavre dans un fourré, caché par la végétation. L'homme assure avoir manipulé Angélique «délicatement», «comme (s'il) pouvait encore lui faire du mal».

Dans sa lettre, David R. parle ensuite de «l'enfer des mensonges». Il dit avoir voulu tout raconter à son épouse quand elle est rentrée le lendemain, mais avoir renoncé en voyant ses fils à l'arrière de la voiture. Il sera interpellé trois jours plus tard. Son épouse s'est portée partie civile afin d'avoir accès au dossier de l'instruction et souhaite engager une procédure de divorce.

Votre opinion