Crise migratoire: Le ministre italien de l'Intérieur se rend en Libye
Publié

Crise migratoireLe ministre italien de l'Intérieur se rend en Libye

Matteo Salvini va rencontrer les autorités libyennes, après que l'Italie ait exprimé la volonté de gérer les demandes d'asile depuis des pays extérieurs.

1 / 73
En Grèce, des habitants des îles égéennes ont manifesté contre des camps de migrants. (Mercredi 22 janvier 2020)

En Grèce, des habitants des îles égéennes ont manifesté contre des camps de migrants. (Mercredi 22 janvier 2020)

Keystone
Les forces de l'ordre ont procédé à l'évacuation de campements installés dans la zone industrielle des dunes, à Calais, en France. Plusieurs centaines de migrants s'y trouvaient. (Mardi 3 décembre 2019)

Les forces de l'ordre ont procédé à l'évacuation de campements installés dans la zone industrielle des dunes, à Calais, en France. Plusieurs centaines de migrants s'y trouvaient. (Mardi 3 décembre 2019)

AFP
L'équipage de l'Ocean Viking, le navire de secours en mer de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, a recueilli 176 migrants naufragés au cours du week-end. (Lundi 14 octobre 2019)

L'équipage de l'Ocean Viking, le navire de secours en mer de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, a recueilli 176 migrants naufragés au cours du week-end. (Lundi 14 octobre 2019)

AFP

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini s'est rendu lundi à Tripoli. Il a annoncé que l'Italie allait proposer l'installation de «centres d'accueil et d'identification» au sud de la Libye lors du sommet de l'Union européenne jeudi à Bruxelles.

«Nous soutiendrons, d'un commun accord avec les autorités libyennes, la mise en place de centres d'accueil et d'identification (de migrants) au sud de la Libye, à sa frontière externe, pour l'aider autant que l'Italie à bloquer la migration», a déclaré M. Salvini.

Le ministre italien s'exprimait au cours d'une conférence de presse au côté du vice-Premier ministre libyen du Gouvernement d'union nationale (GNA) Ahmed Meitig. Il n'a pas précisé dans quel pays ces centres devraient être installés.

La France et l'Espagne avaient proposé samedi des «centres fermés» sur les côtes européennes, principalement en Italie, pour gérer les migrants arrivant depuis la mer Méditerranée. Mais M. Salvini avait fustigé cette proposition.

«Flux de la mort»

«Des hotspots d'accueil en Italie? Ce serait un problème pour nous et pour la Libye elle-même parce que les flux de la mort ne s'interrompront pas», a indiqué M. Salvini sur son compte Twitter après sa rencontre avec le ministre libyen de l'Intérieur Abdessalam Achour.

M. Meitig a pour sa part indiqué que son pays «refuse catégoriquement l'installation de camps pour migrants en Libye». Il a affirmé avoir invité les pays européens de la Méditerranée, par le biais de l'Italie, à participer à un sommet sur l'immigration en septembre à Tripoli.

Le ministre italien a remercié de nouveau les garde-côtes libyens pour leur «excellent effort de sauvetage et de récupération» des migrants en Méditerranée. «Nous sommes absolument en accord avec votre méthode d'action», a-t-il dit, soulignant la nécessité de «renforcer la souveraineté libyenne sur l'espace (...) maritime».

Porte-conteneurs bloqué en mer

M. Salvini a par ailleurs fustigé «l'invasion de cet espace par des organisations (ONG) qui veulent se substituer aux gouvernements». Comme la marine libyenne, le ministre italien critique régulièrement les ONG opérant dans le secours de migrants en Méditerranée, les accusant d'aider les trafiquants.

Au large de la Sicile, un porte-conteneurs de l'armateur danois Maersk Line, avec à bord 108 migrants secourus en Méditerranée, restait par ailleurs bloqué lundi dans l'attente d'une réponse des autorités italiennes. Le porte-conteneurs a changé de cap après avoir reçu un signal de détresse tôt vendredi matin, à 4h30, alors qu'il était en route de la Libye vers Malte.

Après avoir secouru 113 migrants en mer, il a été dirigé vers la Sicile, a expliqué Maersk Line. Il est arrivé au large de Pozallo vendredi en fin d'après-midi et attend depuis «des instructions des autorités», selon Mikkel Elbek Linnet, porte-parole de Maersk Line.

La question de l'accueil des migrants a été dimanche à Bruxelles le sujet d'un mini-sommet destiné à tenter d'apaiser les tensions au sein de l'Union européenne face au défi migratoire, et s'est achevé sans avancée concrète.

(AFP)

Votre opinion