Football: Le moment de vérité pour Zidane et le Real

Publié

FootballLe moment de vérité pour Zidane et le Real

En difficulté depuis quelques semaines, les Madrilènes seront en grand danger mercredi face au Manchester City de Pep Guardiola.

par
Sport-Center
Grosse échéance pour Zizou et le Real.

Grosse échéance pour Zizou et le Real.

AFP

Les certitudes d'un jour ne sont pas forcément valables le lendemain. Il y a un petit mois seulement, le Real Madrid aurait abordé son huitième de finale aller de Ligue des champions contre Manchester City avec une précieuse sérénité et le statut d'indiscutable favori.

Alors que son adversaire, hésitant dans le jeu et le moral en berne, égarait régulièrement des points qui l'éloignaient irrémédiablement de Liverpool en Premier League anglaise, les Madrilènes enchaînaient les victoires. À tel point que Zinédine Zidane donnait l'impression d'avoir su définitivement gommer les errements d'un début de saison chaotique pour reconstruire un modèle de Real pas si éloigné de celui qu'il avait emmené trois fois de suite au sacre en Ligue des champions entre 2016 et 2018.

Mais ça, c'était avant l'improbable coup de mou madrilène de ce mois de février. Un passage à vide qui a commencé par une élimination, à domicile, en Coupe du Roi face à la Real Sociedad et s'est poursuivi par ces cinq points perdus lors des deux dernières sorties en championnat face aux pourtant modestes Celta Vigo et Levante. Avec comme double conséquence de laisser la place de leader, en Liga, à Barcelone et de plonger la «Maison blanche» dans le doute.

Pour de nombreux observateurs, ces brusques coups d'arrêts sont principalement dus aux soucis offensifs que connaît le plus grand club du continent. Au cours de ces deux derniers mois, les neuf attaquants du Real n'ont marqué que neuf buts. Entre Benzema (2), Lucas Vázquez (2), Jovic (1), Vinícius (1), Rodrygo (1), Bale (1), Brahim (1) Hazard (0) et Mariano (0), le compte n'y est pas du tout.

Si certains, comme les quatre derniers nommés, ont peu ou pas joué en raison de blessures, les autres marquent le pas après une très belle première partie de saison (Benzema) ou ne cessent de décevoir (Lucas Vázquez et Jovic). Quant aux très jeunes Brésiliens Vinicius et Rodrygo (19 ans), ils ne sont visiblement pas encore prêts à pallier les absences des cadors supposés qu'auraient dû être Gareth Bale et surtout Eden Hazard.

Transféré de Chelsea pour 100 millions (plus une trentaine de bonus) l'été dernier, le Belge a vu, après des premiers mois difficiles, sa saison anéantie par une sérieuse blessure à une cheville, fin novembre. Revenu au jeu il y a une quinzaine de jours, Hazard s'est vite à nouveau blessé au même endroit. Assez gravement pour que sa participation à l'Euro soit accompagnée d'un point d'interrogation.

Une absence lourde de conséquence que celle de l'attaquant belge, à laquelle Zinédine Zidane n'a toujours pas trouvé d'alternative satisfaisante. Inquiétant au moment d'aborder la phase la plus délicate de la saison avec ce premier duel contre Manchester City puis le Clásico, ce dimanche au Bernabeu.

«On ne va quand même pas baisser les bras et la tête pour deux résultats négatifs. Et comme je l'ai déjà dit et répété, cette mauvaise passe ne nous conditionnera en rien mercredi», a tenu à rassurer le technicien madrilène. Même face à ces Citizen qui semblent, eux, suivre la courbe inverse de celle de son équipe. Et qui peuvent compter, avec Pep Guardiola, sur «le meilleur entraîneur au monde», selon Zidane.

Mais quand on connaît l'incroyable et historique faculté du Real à subitement trouver une énergie et une confiance insoupçonnées lorsque se profilent les compétitions européennes, bien malin qui peut donner aujourd'hui avec certitude le nom du vainqueur de cette double confrontation entre ces deux géants.

André Boschetti

Ton opinion