23.05.2018 à 14:42

ClimatLe monde a chaud depuis Ronald Reagan

Avril 2018 a été le 400e mois consécutif où la température mondiale a dépassé la moyenne du XXe siècle. Le dernier en dessous de ces valeurs remonte à décembre 1984.

par
Michel Pralong
Ronald Reagan pouvait bien lancer des boules de neige, puisque c’est sous son premier mandat que le monde a connu son dernier mois plus froid que la moyenne.

Ronald Reagan pouvait bien lancer des boules de neige, puisque c’est sous son premier mandat que le monde a connu son dernier mois plus froid que la moyenne.

AFP

En décembre 1984, le président américain Ronald Reagan termine son premier mandat et sait déjà qu’il en fera un deuxième. Ce qu’il ignore, c’est que le mois qu’il est en train de vivre est le dernier à connaître une température inférieure à la moyenne des autres mois de décembre depuis 1880.

Avril 2018 a donc été le 400e mois consécutif où la température mondiale, terrestre et océanique, a été supérieure à la moyenne du siècle précédent. Une tendance qui se renforce puisque neuf des dix mois d’avril les plus chauds de l’histoire ont été enregistrés… sur les 13 dernières années seulement!

Ces chiffres de l‘Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) démontrent, contrairement à ce que dit le président américain actuel, Donald Trump, que réchauffement climatique il y a et qu’il est principalement dû aux activités humaines. «Cela ne fait que confirmer ce que nous observons au quotidien, réagit Martine Rebetez, professeur de climatologie à l’Université de Neuchâtel et à l’Institut fédéral de recherche WSL. Il est intéressant et important de faire des comparaisons à l’échelle de la planète. Car il existe des variations locales qui peuvent être trompeuses. Ainsi, cet avril 2018 a été parmi les plus froids de l’histoire en Amérique du Nord; mais cela n’a pas suffi à empêcher que la température mondiale soit au-dessus de la moyenne.» Pareillement, ce n’est pas parce qu’un mois en Suisse est plus frais que d’habitude que cela doit remettre en question le réchauffement climatique global.

Record battu à Sion

D’ailleurs, cet avril 2018 a aussi été le deuxième plus chaud que la Suisse ait connu, avec une température de 9 °C au lieu des 7,7- 7,9 °C en moyenne. Sion a même battu son record d’avril 1968 (28,5 °C), le thermomètre ayant indiqué 28,9 °C cette année. Le CO2 a aussi atteint son niveau le plus élevé depuis le Pliocènes. Les pays en voie de développement sont ceux qui en produisent le plus, mais les industrialisés l’ont fait avant eux et, avec Donald Trump, les États-Unis sont redevenus un mauvais élève.

La pollution augmente aussi

«Mais il y a un espoir, relève Jean-Michel Fallot, climatologue à l’Université de Lausanne. Il concerne la pollution de l’air qui accompagne le réchauffement. Si un ou deux degrés supplémentaires ne suffisent pas à faire bouger les gouvernements, le fait que leurs citoyens étouffent, oui. La Chine et l’Inde l’ont constaté et font désormais des efforts.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!