13.08.2020 à 20:23

Moyen-OrientLe monde réagit à l’accord entre Israël et les Émirats

Voici les principales réactions à l’annonce jeudi de la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis dans le cadre d’un accord historique négocié par les États-Unis.

Le Premier ministre, Benyamin Netanyahou, a donné une conférence de presse à Jérusalem ce jeudi pour annoncer cet accord qu’il qualifie «d’historique».

Le Premier ministre, Benyamin Netanyahou, a donné une conférence de presse à Jérusalem ce jeudi pour annoncer cet accord qu’il qualifie «d’historique».

AFP

Israël: «une nouvelle ère»

«Aujourd’hui, une nouvelle ère commence dans les relations entre Israël et le monde arabe», a soutenu le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou.

«En 1979, (Menahem) Begin a signé la paix avec l’Égypte, en 1994 (Yitzhak) Rabin a signé avec la Jordanie et j’ai le mérite de signer en 2020 le troisième accord de paix avec un pays arabe. C’est un véritable accord de paix, pas un slogan», a déclaré Benyamin Netanyahou, triomphant, lors d’une allocution télévisée.

Émirats: «étape audacieuse»

Les Émirats arabes unis ont assuré que l’accord de normalisation était une «étape audacieuse» qui permettra de parvenir à «une solution à deux États» pour le peuple palestinien.

«La plupart des pays y verront une étape audacieuse pour parvenir à une solution à deux États, donnant du temps aux négociations», a déclaré le ministre d’État aux Affaires étrangères, Anwar Gargash, lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il a ajouté que les deux pays allaient ouvrir des ambassades dans «pas longtemps».

États-Unis: «accord historique»

Il s’agit d’une «percée spectaculaire», a commenté le président américain, Donald Trump, qualifiant cette normalisation «d’accord de paix historique entre nos deux grands amis».

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a également évoqué un «jour historique» et un «pas décisif vers la paix au Moyen-Orient».

«Les États-Unis espèrent que ce pas audacieux sera le premier d’une série d’accords clôturant 72 années d’hostilités dans la région», a ajouté Mike Pompeo.

Hamas: «un chèque en blanc»

L’accord de normalisation «ne sert pas la cause palestinienne» et constitue un «chèque en blanc» pour la poursuite de «l’occupation» par l’État hébreu, a dénoncé le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.

«Cet accord est rejeté et condamné. Il ne sert pas la cause palestinienne mais est considéré comme une continuation du déni des droits du peuple palestinien», a déclaré à l’AFP Hazem Qassem, le porte-parole du Hamas.

Autorité palestinienne: «trahison»

«Les dirigeants palestiniens rejettent ce que les Émirats arabes unis ont fait. Il s’agit d’une trahison de Jérusalem et de la cause palestinienne», a indiqué dans un communiqué l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, appelant à une «réunion d’urgence» de la Ligue arabe pour dénoncer l’accord de normalisation.

Bahreïn: «étape historique»

Bahreïn a salué l’accord négocié par les États-Unis.

«Le royaume salue les efforts diplomatiques déployés par les Émirats arabes unis. Cette étape historique contribuera au renforcement de la stabilité et de la paix dans la région», a rapporté l’agence de presse officielle, Bahrain News Agency (BNA).

Égypte: «un accord pour la stabilité»

«J’ai suivi avec attention le communiqué tripartite des États-Unis, de l’État frère des Émirats arabes unis et d’Israël sur l’arrêt de l’annexion des territoires palestiniens par Israël», a tweeté le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, saluant «une étape» vers la «réalisation de la paix au Moyen-Orient».

«J’apprécie les efforts des artisans de cet accord pour la prospérité et la stabilité de notre région», a ajouté M. Sissi dont le pays est signataire, également sous la tutelle de Washington, du premier traité de paix avec l’État hébreu en 1979.

Royaume-Uni: «seule solution»

Le chef de la diplomatie britannique, Dominic Raab, a salué l’accord dans un communiqué.

«C’est une étape historique qui voit la normalisation des relations entre deux grands amis du Royaume-Uni… À la fin, il n’y a pas de substitut pour des négociations directes entre les Palestiniens et Israël, seule solution pour parvenir à une solution à deux États et une paix durable», a déclaré M. Raab.

Joe Biden: «historique»

Le candidat démocrate à l’élection présidentielle américaine Joe Biden a salué l’accord «historique» de normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et Israël.

«Israël et les Émirats arabes unis ont franchi une étape historique pour effacer les profondes divisions du Moyen-Orient», a déclaré depuis son État du Delaware l’ancien vice-président de Barack Obama.

France: «étape positive»

La France s'est félicitée jeudi de l'accord. «La décision, prise dans ce cadre par les autorités israéliennes, de suspendre l'annexion de territoires palestiniens est une étape positive, qui doit devenir une mesure définitive», a déclaré le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian dans un communiqué.

«L'état d'esprit nouveau dont témoignent ces annonces doit désormais permettre la reprise des négociations entre Israéliens et Palestiniens en vue de l'établissement de deux États dans le cadre du droit international et des paramètres agréés, qui est la seule option pour permettre une paix juste et durable dans la région», a-t-il ajouté.

L'ONU espère des négociations entre Israéliens et Palestiniens

Le patron de l’ONU António Guterres a confié espérer que cet accord créerait «une occasion pour les dirigeants israéliens et palestiniens de reprendre des négociations substantielles, débouchant sur une solution à deux Etats conformément aux résolutions onusiennes en la matière».

Il a rappelé qu'il avait toujours milité pour la suspension des projets israéliens d'annexion en Cisjordanie occupée, une mesure incluse dans l'accord, même si le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou n'a évoqué qu'un «report». «La paix au Moyen-Orient est plus importante que jamais, alors que la région est confrontée aux graves menaces du Covid-19 et de la radicalisation», a souligné le chef de l'ONU.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!