Football: Le Mondial à 48 provoque ironie et scepticisme
Actualisé

FootballLe Mondial à 48 provoque ironie et scepticisme

L'approbation unanime par la FIFA d'une Coupe du monde à 48 équipes en 2026 est très loin d'avoir convaincu les internautes.

par
LeMatin.ch
Une Coupe du monde à 48 équipes n'enthousiasme pas les internautes.

Une Coupe du monde à 48 équipes n'enthousiasme pas les internautes.

AFP

L'idée d'ouvrir la Coupe du monde à 48 nations en 2026 était dans l'air depuis un petit moment. Mais à l'annonce du vote unanime de la FIFA ce matin en faveur de ce changement de formule, c'est un véritable déferlement de réactions amusées ou indignées qui ont envahi la toile. Découvrez notre sélection ci-dessous.

Et vous quel est votre avis? Votez dans notre sondage ci-dessous.

L'Association des clubs européens n'est pas contente

L'élargissement de 32 à 48 équipes pour le Mondial 2026 décidée mardi par la FIFA fait grincer les dents de certains acteurs de la planète foot. C'est notamment le cas de la puissante Association des clubs européens (ECA).

Association des clubs européens (ECA): «C'est une décision qui a été prise pour des raisons politiques plutôt que sportives et c'est regrettable. Nous répétons que nous ne sommes pas favorables à une expansion du Mondial. Nous ne voyons pas l'intérêt de changer l'actuel format à 32 équipes qui a fait ses preuves comme meilleure formule. La question est: pourquoi agir dans l'urgence alors qu'il y a encore neuf ans avant de mettre en application un nouveau format, sans impliquer les parties (dont les clubs) qui seront impactés par ce changement? Nous analyserons en détail les impacts et évoquerons ce sujet à notre prochain bureau directeur fin janvier.«

Massimiliano Allegri, coach de la Juventus: «48 équipes c'est beaucoup, voyons comment ce format sera mis en place. Le football change, les décideurs du foot cherchent à accroître les bénéfices. Maintenant, le football, c'est du spectacle et du business. Du point de vue de coach de club, il y a trop de sélections dans ce format. Si j'étais sélectionneur, je serais sans doute content.«

Javier Tebas, le président de la Ligue espagnole: «La méthode employée n'est pas acceptable. Il y a deux mois, Gianni Infantino est venu voir l'association mondiale des Ligues. Il nous a assuré qu'il nous consulterait sur les sujets susceptibles de concerner le football professionnel. Il ne l'a pas fait. Ce ne sont pas des manières. Infantino se comporte comme Blatter, qui prenait des décisions tout seul, sans se soucier de quiconque.»

(afp)

Votre opinion