Bruxelles: Le Monténégro devrait être invité à rallier l'OTAN
Publié

BruxellesLe Monténégro devrait être invité à rallier l'OTAN

L'Etat des Balkans pourrait franchir la première étape de son adhésion à l'Alliance atlantique mercredi.

Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN, était en conférence de presse à Bruxelles, lundi.

Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN, était en conférence de presse à Bruxelles, lundi.

AFP

Le Monténégro doit être invité mercredi par les ministres des Affaires étrangères des pays de l'OTAN à rejoindre l'Alliance, a appris l'AFP de source diplomatique lundi. «Le projet de déclaration a été approuvé par le Conseil de l'Atlantique nord», au plan des ambassadeurs, a indiqué un diplomate à l'AFP.

La décision formelle revient aux 28 chefs de la diplomatie de l'OTAN, qui devraient inviter le pays à rejoindre l'Alliance mercredi, au deuxième jour d'une réunion ministérielle à Bruxelles.

L'adhésion prendra effet d'ici à «un an et demi maximum», a expliqué la source diplomatique, après une phase de négociations et sa ratification par les Parlements nationaux des 28 pays de l'OTAN.

«Cela serait une décision historique, signalant notre engagement continu en faveur des Balkans occidentaux et (ndlr: illustrant) notre politique de la porte ouverte», a commenté lundi le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, sans toutefois se prononcer sur la décision.

«Le Monténégro a fait une bonne partie du chemin pour rejoindre la famille euro-atlantique», a-t-il estimé.

Après sa séparation de la Serbie et la proclamation de son indépendance en 2006, le Monténégro, pays de 630'000 habitants, a engagé, comme plusieurs autres pays des Balkans, un rapprochement avec l'OTAN. Son souhait de rejoindre l'Alliance a récemment reçu l'appui des Etats-Unis, le pilier de l'organisation.

Deux autres pays des Balkans, la Croatie et l'Albanie, sont les derniers à avoir rejoint l'Otan, en 2009.

Moscou grince des dents

La décision pourrait toutefois être mal accueillie par Moscou, qui estime que l'élargissement à l'est de l'OTAN vise à empiéter sur sa sphère d'influence. «Ceci n'est pas un message adressé à la Russie», a assuré l'ambassadeur américain auprès de l'OTAN, Douglas Lute, lundi lors d'un point presse.

«Je comprends la perspective russe sur ce sujet. Il ne s'agit pas ici de la Russie, mais du Monténégro», a-t-il ajouté, soulignant que l'adhésion à l'OTAN était «une décision nationale», qui jouissait, selon lui, du soutien d'une majorité de la population et de la classe politique du pays.

Trois autres pays, la Géorgie, la Bosnie-Herzégovine et la Macédoine, aspirent également à rejoindre l'Alliance, mais ils sont bien moins avancés dans leurs démarches.

La Géorgie et l'Ukraine candidates

Le cas de la Géorgie, opposée lors d'une guerre éclair à la Russie pendant l'été 2008, est notamment considéré comme politiquement sensible, puisque Moscou a déployé des soldats dans certaines républiques séparatistes du pays.

L'Ukraine souhaite également adhérer à terme à l'OTAN, qui montre en revanche peu d'empressement, l'Alliance étant bien consciente que cela constituerait un véritable casus belli aux yeux de Moscou. Là aussi, la crise dans l'est de l'Ukraine - qui a tendu comme jamais depuis la Guerre froide les relations entre la Russie et l'OTAN - rend la question très délicate.

(AFP)

Votre opinion