Boxe - Le Morgien Adam Messibah vise une médaille aux Européens juniors
Publié

BoxeLe Morgien Adam Messibah vise une médaille aux Européens juniors

Le jeune boxeur de 18 ans vient de remporter deux tournois relevés en Hongrie et en Slovénie. Juste de quoi attiser sa faim de victoires.

par
André Boschetti
Adam Messibah (à gauche) et son frère et sparring-partner, Abdallah

Adam Messibah (à gauche) et son frère et sparring-partner, Abdallah

LDD

La boxe suisse aura-t-elle bientôt un digne successeur à Mauro Martelli, Enrico Scacchia et autre Fritz Chervet? Il est bien sûr beaucoup trop tôt pour l’affirmer mais le début de carrière d’Adam Messibah est déjà plus que prometteur.

Une famille de boxeurs

À tout juste 18 ans l’athlète du Club Pugiliste de Morges vient en effet de remporter deux tournois internationaux relevés. Le premier en Hongrie en mai dernier et le deuxième en Slovénie il y a une semaine. «Dire que je m’attendais à ces victoires est peut-être un peu exagéré, raconte le jeune Morgien, mais après n’avoir perdu qu’en finale en Bulgarie en mars, je savais que je pouvais aborder ces deux grands rendez-vous avec beaucoup d’ambition.»

« Je serais très surpris et déçu si je n’étais pas convoqué (pour les Championnats d’Europe). Ce serait même une grosse injustice à mes yeux»

Adam Messibah, jeune et prometteur boxeur suisse

Né dans une famille où la boxe a toujours occupé une place très importante, Adam Messibah est particulièrement bien entouré avec son père, Djamel, dans le costume d’entraîneur et conseiller, et son frère, Abdallah. «D’un côté j’aide mon père à faire en sorte que tout soit bien préparé et d’un autre je sers de sparring-partner à Adam, raconte ce frère qui est de onze ans son aîné. Je suis donc bien placé pour savoir que ces victoires ne doivent rien au hasard. Mais ce qu’il y a de plus flatteur pour lui, c’est ce titre de meilleur boxeur du tournoi qu’il a reçu en Slovénie.»

Adam Abdallah avec son frère lors d’un entraînement à Morges.

Adam Abdallah avec son frère lors d’un entraînement à Morges.

LDD

Une reconnaissance du milieu qui ne monte pas à la tête du jeune Morgien. «J’estime être aujourd’hui un boxeur complet, sans grandes faiblesses et qui s’adapte plutôt bien à toutes les situations, explique-t-il. En revanche, je sais que je manque encore beaucoup d’expérience puisque je n’ai livré que 23 combats seulement au cours de ma carrière.»

Le favori caché des Européens

Un léger handicap qui ne l'empêche pas d’espérer être sélectionné pour représenter la Suisse lors des prochains Championnats d’Europe qui se dérouleront au Monténégro en octobre prochain. «Les entraîneurs nationaux viennent d’opérer leurs choix et m’ont sélectionné, continue Adam Messibah. J’en suis très content, et j’aurais d’ailleurs pris pour une injustice de ne pas être retenu. D’autant plus que l’EUBC (European Boxing Confederation) vient de me désigner comme le favori caché de ce futur rendez-vous.»

Champion national en titre dans les moins de 69 kg, Adam Messibah boxera dans la catégorie supérieure des moins de 71 kg. «Comme la catégorie est différente, je ne connais pas la plupart de mes futurs adversaires. Malgré cela, il est évident que j’ai d’abord l’ambition de remporter un nouveau titre national avant de viser une médaille au Monténégro! Et cela même si je sais que je serai probablement opposé à des boxeurs qui auront déjà disputé près de 100 combats.»

Ne jamais imaginer le pire

Ambitieux et passionné, Adam Messibah sait aussi combien son sport est dangereux. Cette semaine encore, une jeune boxeuse mexicaine de 18 ans est en effet décédée après un combat. «C’est vrai que lorsque de tels drames surviennent, cela fait réfléchir, soupire le Morgien. Mais ce type d’accidents est heureusement rare. En revanche, les blessures, parfois graves, sont plus fréquentes. Pour les éviter, il est impératif de très bien se préparer, à tous les niveaux.»

Et de ne pas penser au pire. «Si on se pose ce genre de questions en montant sur le ring, il devient impossible de boxer. Non, moi la seule petite crainte que j’ai avant un combat, c’est de le perdre.» Une chose qui lui est arrivée encore très rarement jusque-là.

Votre opinion