Football: Le motivateur Constantin les a changés en James Bond!

Publié

FootballLe motivateur Constantin les a changés en James Bond!

Les joueurs du FC Sion ont eu le cinéma Corso pour eux, mercredi matin. A l'affiche: le dernier épisode de la saga du célèbre agent 007. Ce dernier les a visiblement motivés.

par
Renaud Tschoumy
Sion
Christian Constantin a réussi son coup: il peut célébrer la qualification avec ses joueurs.

Christian Constantin a réussi son coup: il peut célébrer la qualification avec ses joueurs.

Keystone

Les joueurs du FC Sion le disent tous: «Pour trouver un truc original qui te motive, le président est très fort.» Christian Constantin a été à la hauteur de sa réputation avant de rencontrer Liverpool.

Mercredi matin, il a loué le cinéma Corso, à Martigny, pour une séance privée à l'intention de son équipe. A l'affiche: le dernier épisode de la saga des James Bond, «Spectre». «L'idée était d'unifier les gars autour de quelque chose de particulier, précisait Constantin. Et l'agent 007 a l'habitude de se sortir de n'importe quelle gonfle, non?» Si.

Mais Constantin n'a pu s'empêcher de toucher au générique de fin: les joueurs se sont en effet subitement vus à l'écran dans des situations similaires à celles de l'actuer Daniel Craig. «Pour les mettre en condition.»

Le coup a visiblement marché. puisque Sion s'est qualifié pour les 16es de finale de Ligue Europa grâce à son nul 0-0 contre Liverpool.

Mais CC n'en est pas resté là en matière de motivation. Le jour du match, il a joué sur «une corde plus sensible» encore, celle de la famille. Jeudi à Lavey, juste avant de monter dans le car devant les amener au stade de Tourbillon, ils ont découvert une vidéo dans laquelle leurs proches (épouses, amies, enfants, parents, etc.) leur souhaitait bonne chance contre Liverpool.

«Pas mal pour un petit club!»

Le motivateur CC a donc parfaitement réussi son coup: son équipe passera l'hiver dans un costume européen. «Pour un petit club, ce n'est pas chaque année que cela se passe, poursuivait CC. Il faut donc savourer. Mais on ne doit rien à personne: on s'est qualifiés sans perdre ni contre Liverpool, ni contre Bordeaux, et en alignant régulièrement quatre ou cinq gars formés au club.»

Et, revenant sur le déroulement du match: «Ce 0-0 n'était pas facile à gérer, d'autant qu'à la mi-temps, Kazan menait à Bordeaux (ndlr: 0-1). On se devait donc d'aller chercher notre qualification nous-mêmes: un point vaut mieux que trois (sic!) tu l'auras. Et en fin de compte, tout le monde s'en est satisfait.»

Sitôt après le match, les Sédunois sont retournés dans leur retraite du Grand Hôtel des Bains de Lavey. Ils y séjourneront jusqu'à midi, ce vendredi, avant de s'y retrouver samedi. Car il va falloir remettre ça dimanche en Coupe (de Suisse cette fois) contre Bâle, l'autre qualifié suisse pour le printemps prochain.

Ton opinion