18.10.2020 à 13:14

BangkokLe mouvement pro-démocratie de nouveau dans la rue

Malgré l’interdiction, les manifestants sont à nouveau descendus dans la rue dimanche à Bangkok pour défendre leurs libertés et réclamer une réforme de la monarchie

C’est la quatrième journée consécutive durant laquelle les manifestants ont défilé.

C’est la quatrième journée consécutive durant laquelle les manifestants ont défilé.

AFP

Des milliers de manifestants pro-démocratie bravaient dimanche, pour la quatrième journée consécutive, l’interdiction de rassemblement à Bangkok pour réclamer la démission du Premier ministre et une réforme de la monarchie.

Les tensions de vendredi, où la police a évacué les protestataires à l’aide de canons à eau et procédé à une série d’interpellations, n’ont pas dissuadé la contestation, des étudiants pour la plupart.

«Dissolution du Parlement!» «honte au dictateur», scandaient la foule, réunie au Monument de la Démocratie au cœur de la capitale, levant trois doigts, un geste de résistance emprunté au film «Hunger Games».

Plusieurs protestataires brandissaient des portraits de leaders de la protestation arrêtés ces derniers jours, dont celui de l’activiste Anon Numpa détenu depuis vendredi à Chiang Mai (nord).

Transparence réclamée

Des casques, des lunettes et des masques de protection étaient distribués contre une éventuelle charge des forces de l’ordre. «Je veux pouvoir parler librement du roi, c’est un droit légitime», a relevé une étudiante.

Le mouvement exhorte à l’abrogation de la loi de lèse-majesté qui punit de trois à quinze ans de prison toute diffamation ou insulte envers le monarque et sa famille.

Il demande aussi davantage de transparence dans les finances de la richissime monarchie et la non-ingérence du souverain dans les affaires politiques.

Le roi Maha Vajiralongkorn n’a pas directement commenté les événements, mais déclaré que la Thaïlande avait «besoin d’un peuple qui aime son pays».

Menace d’un couvre-feu

Les organisateurs ont appelé à d’autres manifestations dans plusieurs provinces du royaume, mais aussi en France, aux États-Unis, au Canada ou encore en Norvège.

Le mouvement, qui défile depuis trois mois, réclame également la démission du Premier ministre, le général Prayut Chan-O-Cha, porté au pouvoir par un coup d’État en 2014 et légitimé par des élections controversées l’année dernière. Le militaire a averti qu’il ne démissionnerait pas, brandissant la menace d’un couvre-feu si la situation perdure.

Interdiction des rassemblements de plus de quatre personnes, proscription des publications en ligne jugées «contraires à la sécurité nationale»: les autorités ont déjà promulgué jeudi des mesures d’urgence pour tenter de briser la contestation.

Elles ont motivé leur décision, en dénonçant des incidents la veille à l’encontre d’un cortège royal: des dizaines de manifestants avaient levé trois doigts devant le véhicule de la reine Suthida en signe de défi.

La Thaïlande est habituée aux violences politiques, avec 12 coups d’État depuis l’abolition de la monarchie absolue en 1932.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!