Actualisé 16.04.2016 à 15:13

Corsier-sur-VeveyLe musée Chaplin a été inauguré

Charlie Chaplin a désormais son musée à Corsier-sur-Vevey , où il a vécu plus de 25 ans. Chaplin's World a été inauguré samedi.

1 / 16
Assis, le fils de l'artiste Eugène Chaplin, accompagné du directeur du musée, Jean-Pierre Pigeon, à l'arrière-plan. Chaplin's World organise divers événements pour les 40 ans de la mort de l'artiste. (Mercredi 25 octobre 2017)

Assis, le fils de l'artiste Eugène Chaplin, accompagné du directeur du musée, Jean-Pierre Pigeon, à l'arrière-plan. Chaplin's World organise divers événements pour les 40 ans de la mort de l'artiste. (Mercredi 25 octobre 2017)

Keystone
A gauche, Michael Chaplin, le fils de Charlie et président de la Fondation du Musée de Charlie Chaplin avec Eugène Chaplin à droite, autre fils de Charlie Chaplin. Ils inaugurent le nouveau musée dédié à leur père, ce 16 avril 2016, à Corsier-sur-Vevey.

A gauche, Michael Chaplin, le fils de Charlie et président de la Fondation du Musée de Charlie Chaplin avec Eugène Chaplin à droite, autre fils de Charlie Chaplin. Ils inaugurent le nouveau musée dédié à leur père, ce 16 avril 2016, à Corsier-sur-Vevey.

La réplique de Charlie Chaplin en cire est présentée à la presse ce samedi 16 avril 2016.

La réplique de Charlie Chaplin en cire est présentée à la presse ce samedi 16 avril 2016.

Keystone

Charlie Chaplin, l'un des monstres du cinéma du XX siècle, a désormais son musée à Corsier-sur-Vevey (VD), où il a vécu plus de 25 ans. L'espace a été inauguré samedi en présence de nombreux invités et médias du monde entier. Le public le découvrira dès dimanche.

Chaplin's World présente la vie et l’œuvre de Charlie Chaplin (1889-1977). Sa vie au Manoir de Ban où il a fini ses jours en 1977. Son oeuvre dans le Studio, un nouveau bâtiment qui propose une véritable immersion dans les films du vagabond à la canne et au chapeau melon.

«Le manoir a changé, mais l'esprit Chaplin est resté. C'est ce que je trouve formidable avec ce projet», a déclaré samedi Eugène Chaplin, un des fils de l'artiste. «C'est en mouvement et c'est très beau», a ajouté son frère Michael qui a dit «son très grand plaisir de voir ce projet qui a été long à se réaliser» et qui s'est retrouvé «plusieurs fois au bord de la falaise».

300'000 visiteurs par an escomptés

Entre mises à l'enquête et recherches de fonds, seize années ont été nécessaires pour faire aboutir ce «rêve», a expliqué Yves Durand, le concepteur. La Compagnie des Alpes, qui possède le musée Grévin, est le chef d'orchestre d'un ensemble dont le budget dépasse les 60 millions de francs et qui vise les 300'000 visiteurs par an.

Ce qui fait la force de Charlie Chaplin, c'est son universalité. «Il est encore extrêmement connu et estimé à l'échelle planétaire. Il faisait rire tous les publics, les personnes simples comme les intellectuels. On le dit sans prétention, on s'adresse à la planète», a ajouté Yves Durand.

Grand public

Le musée se veut résolument grand public, sans trahir l'homme et l'artiste. Extraits de films iconiques, tendres images de familles - avec sa femme Oona et ses huit enfants - ou documents d'archives égrènent le parcours, entre humour, émotion et surprises.

Le visiteur est littéralement plongé dans les décors et les ambiances des films et de la vie du célèbre acteur et réalisateur. Plusieurs plateaux se suivent: une rue pauvre de Londres, où Charles Spencer Chaplin est né, le monde du cirque, qui l'a beaucoup inspiré, ou encore le salon du barbier juif du «Dictateur».

Il est possible de faire se balancer la cabane de la «Ruée vers l'or» ou de sonoriser un extrait de film muet à l'aide d'un photoplayer, invention du début du 20e siècle. La jeune fleuriste des «Lumières de la ville» apparaît au détour d'une rue, en statue de cire, comme d'autres personnages de ses films ou célébrités.

Dans le Manoir, trois pièces ont été rénovées conformément aux années 1970, la bibliothèque, le salon et la salle à manger, où passent des vidéos montrant les vrais repas de la famille. Le musée a été inauguré samedi, le jour de l'anniversaire de Charlie Chaplin: il aurait eu 127 ans.

Fédéric Maire «déçu en bien»

«La dimension immersive et interactive du musée fonctionne bien. Il y a beaucoup de petits mystères, de choses à résoudre», a expliqué Frédéric Maire, le directeur de la Cinémathèque suisse, à l'issue de sa première visite du musée Chaplin, à Corsier-sur-Vevey (VD).

«Je suis plutôt déçu en bien, comme disent les Vaudois», s'est confié samedi à l'ats Frédéric Maire. «Je suis très impressionné par le travail de montage et de mise en scène des éléments audiovisuels».

«Celui qui ne connaît pas Charlie Chaplin va apprendre et découvrir énormément de choses», a-t-il ajouté. Pour le cinéphile ? «Je connais les films, mais je découvre de nouvelles images. Il est aussi possible de voir les costumes originaux, la vraie canne et le vrai chapeau de Charlot, son oscar, ses prix: c'est assez émouvant», a ajouté le directeur de la Cinémathèque suisse.

Frédéric Maire a bien ri

«La cabane de la 'Ruée vers l'or' qui penche, cela m'a fait bien rire», a ajouté M. Maire. La Cinémathèque a mis à disposition du musée grand nombre d'appareils, notamment des caméras et des visionneuses, ainsi que des affiches, des photos et des images d'archives du Ciné-Journal suisse.

Pour l'heure, aucun projet commun n'est prévu entre les deux institutions. «Nous en sommes au stade des déclarations d'intention, mais sommes très favorables à une collaboration», a ajouté M. Maire.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!