Motocyclisme: Le mythique GP d'Assen passe à la trappe
Publié

MotocyclismeLe mythique GP d'Assen passe à la trappe

Pour la première fois depuis la création du championnat du monde, en 1949, il n’y aura pas de GP des Pays-Bas en 2020.

par
Sport-Center
Il faudra probablement attendre 2021 pour connaître le successeur de Maverick Vinales au palmarès du GP MotoGP d'Assen.

Il faudra probablement attendre 2021 pour connaître le successeur de Maverick Vinales au palmarès du GP MotoGP d'Assen.

Keystone

Les trois prochaines courses au calendrier du MotoGP, les GP d’Allemagne au Sachsenring (21 juin), le Dutch TT à Assen (28 juin) et ce qui devait être le retour de la Finlande au championnat (12 juillet) ont été définitivement annulés. C’est dire que même si les courses reprennent cet automne, il n’y aura pas de dates de remplacement pour ces trois épreuves.

Désormais, le premier (pour les teams MotoGP) et deuxième (pour les équipes Moto2 et Moto3, qui avaient pu rouler au Qatar) GP 2020 serait celui de la République Tchèque, fixé au 9 août, une semaine avant celui d’Autriche. «C’est avec une grande tristesse que nous avons dû prendre cette décision», explique Carmelo Ezpeleta, le CEO de Dorna. «Le GP d’Allemagne se déroulait sur un circuit unique, dans une région chargée d’histoire; le GP de Finlande devait nous permettre de découvrir le nouveau Kymiring. Enfin, que dire d’Assen, qui jusqu’à cette décision, était l’unique circuit à avoir accueilli chaque année, depuis 1949, un GP? Au nom de Dorna, j’aimerais remercier les fans de leur compréhension et de leur patience, puisque nous n’avons pas d’autres choix que d’attendre que la situation s’améliore.» Voilà pour le discours officiel et qui se veut rassurant.

Pas avant le vaccin?

Mais même si les promoteurs du championnat du monde, le pouvoir sportif et les différents organisateurs planchent sur plusieurs scénarii, tout laisse à penser aujourd’hui que les compétitions ne reprendront pas... aussi longtemps que des vaccins contre le Covid-19 pourront être proposés. S’il est théoriquement possible d’imaginer des courses sans public, avec un accès limité au paddock pour tenter de respecter les distances sociales, Dorna, la F.I.M. et leurs partenaires ne sont que «spectateurs» de la situation générale, essentiellement de la problématique des limitations encore très strictes en matière de déplacements.

L’annonce de ce mercredi, qui rappelle que le Coronavirus a même eu raison du mythe de la course, du GP des Pays-Bas, est plus qu’une simple confirmation de ce qu’on attendait depuis quelques jours, elle pourrait précéder une autre décision, d’ici au plus tard, deux mois: l’annulation complète du championnat du monde 2020.

Jean-Claude Schertenleib

Votre opinion