Suisse: Le National veut mieux pouvoir prévenir le gaspillage d’énergie
Publié

SuisseLe National veut mieux pouvoir prévenir le gaspillage d’énergie

Il a accepté un postulat d’un député qui demandait un rapport sur la consommation d'énergie des appareils, moteurs et processus industriels qui tournent inutilement en Suisse.

afp

Le Conseil fédéral devra présenter dans un rapport la consommation d’énergie des appareils qui tournent inutilement et de proposer des mesures et des mécanismes incitatifs qui permettraient d’éviter ce gaspillage. Le National a accepté lundi par 134 voix contre 51 un postulat en ce sens de Kurt Egger (Verts/TG).

Le potentiel de réduction de la consommation d’électricité est estimé à 30% au moins et il est aujourd’hui loin d’être pleinement exploité, rappelait le parlementaire dans son texte. Il souhaite une meilleure efficacité énergétique via des changements de pratique et surtout des optimisations. Notamment en ce qui concerne la consommation d’énergie inutile due aux nombreux moteurs et processus industriels qui tournent pour rien, «comme les systèmes de ventilation et d’éclairage qui fonctionnent alors même qu’il n’y a personne dans la pièce», relevait-il. «Ce fonctionnement à vide est une forme particulièrement révoltante de gaspillage d’énergie, car il se traduit par une consommation d’électricité dépourvue de la moindre utilité».

«Beaucoup de choses ont changé»

Nombreux sont ainsi ceux qui ne connaissent pas leur consommation d’énergie ou ne voient pas qu’ils ont là une marge de manœuvre. À quoi s’ajoute que de nombreux acteurs du marché ne sont pas suffisamment informés de l’utilité des mesures d’efficacité énergétique, ce qui explique qu’ils n’aient pas dans ce domaine les connaissances nécessaires, plaidait-il encore.

Le Conseil fédéral était favorable au postulat, d’autant que le dernier rapport sur la question remontait à 2009. «Une longue période s’est écoulée et beaucoup de choses ont changé. Aujourd’hui la population, mais aussi l’économie, doit pouvoir se baser sur des chiffres actualisés et faire de nouvelles réflexions», a expliqué la ministre en charge de l’énergie, Simonetta Sommaruga. «Savoir où l’on peut intervenir au mieux pour réduire le gaspillage d’électricité est dans l’intérêt de tous, pour des raisons économiques, mais bien sûr aussi pour la question de l’approvisionnement».

Des mesures et des mécanismes incitatifs, visant à éviter ce gaspillage, pourraient être proposés. Il s’agirait aussi de mieux sensibiliser aux enjeux. Des prescriptions spécifiques pourraient aussi être envisagées pour les fabricants, installateurs ou utilisateurs d’appareils électriques.

(cht)

Votre opinion

2 commentaires