28.08.2015 à 17:34

DrameLe naufrage d'un bateau fait 82 morts en Libye

Les gardes côtes libyens ont pu sauver 198 personnes après le naufrage d'un bateau de migrants. 82 cadavres ont été comptabilisés.

1 / 81
Une embarcation bascule dans la mer au large des côtes libyennes. Le cliché a été pris par les gardes-côtes italiens. (Dimanche 29 mai 2016)

Une embarcation bascule dans la mer au large des côtes libyennes. Le cliché a été pris par les gardes-côtes italiens. (Dimanche 29 mai 2016)

Marina Militare, Reuters
Un homme enroulé dans une couverture sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 15 avril 2015. Le pape François et le patriarche de Constantinople Bartholomée se sont rendus sur l'île le 16. (Vendredi 15 avril 2016).

Un homme enroulé dans une couverture sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 15 avril 2015. Le pape François et le patriarche de Constantinople Bartholomée se sont rendus sur l'île le 16. (Vendredi 15 avril 2016).

Keystone
Athènes a commencé jeudi à évacuer du port du Pirée des centaines de migrants. (Jeudi 31 mars 2016)

Athènes a commencé jeudi à évacuer du port du Pirée des centaines de migrants. (Jeudi 31 mars 2016)

Keystone

Les autorités libyennes ont annoncé ce vendredi 28 août avoir retrouvé les corps de 82 migrants rejetés sur le rivage après le naufrage de leur bateau au large de la ville portuaire de Zouara. Elles craignent qu'une centaine d'autres n'aient coulé avec le navire.

Faute de moyens, les secours ont réquisitionné des bateaux de pêche et des canots pneumatiques pour tenter de retrouver des survivants et de ramener les corps sur la terre ferme. «Nous faisons comme nous pouvons. Certains pêcheurs nous aident avec leurs bateaux», a déclaré Ibrahim al Attouchi, un responsable du Croissant-Rouge libyen à Zouara.

Près de 200 migrants secourus

A la mi-journée, 198 migrants avaient pu être secourus, ont indiqué les autorités. Selon un responsable des services de sécurité de Zouara, qui a requis l'anonymat, environ 400 migrants se trouvaient à bord de l'embarcation lorsqu'elle a chaviré. Un grand nombre d'entre eux semblent avoir été pris au piège dans la cale.

Toujours selon lui, 147 survivants ont été conduits vers un centre de rétention pour migrants illégaux situé à Sabratha, à l'ouest de Tripoli.

Forcés à embarquer

Les personnes qui se trouvaient à bord du bateau venaient d'Afrique subsaharienne, du Pakistan, de Syrie, du Maroc et du Bangladesh, a déclaré le responsable des services de sécurité.

Un des rescapés du naufrage, Ayman Talaal, originaire de Syrie, a expliqué que les trafiquants avaient contraint les réfugiés à embarquer dans un bateau en mauvais état. «On nous a forcés à emprunter cette route», a-t-il expliqué. «On l'appelle le cimetière de la Méditerranée.»

Selon des témoins, une centaine d'habitants de Zouara ont manifesté dans le centre de la ville pour demander aux autorités d'agir contre les réseaux de trafiquants qui profitent du vide politique et du chaos sécuritaire en Libye.

Gardes-côtes italiens pas alertés

Les gardes-côtes italiens, qui coordonnent les opérations de sauvetage au large des côtes libyennes au nom de l'Union européenne, ont dit n'avoir aucune information à propos du naufrage. «Nous n'avons pas reçu de demande d'aide», a dit un porte-parole.

Zouara, proche de la frontière tunisienne, est l'un des principaux points de départ de migrants de Libye vers l'Italie.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!