Publié

palLe Népal prolonge la validité des permis d'ascension de l'Everest

Le Népal a prolongé les permis d'ascension de centaines d'alpinistes contraints d'abandonner l'ascension de l'Everest lors du séisme meurtrier d'avril 2015, ont annoncé mardi les autorités.

Les alpinistes, qui avaient dû s'acquitter d'un permis à 11.000 dollars l'an dernier, avaient dû renoncer à gravir le plus haut sommet du monde après le séisme du 25 avril qui avait déclenché une avalanche sur le camp de base de l'Everest, tuant 18 personnes.

Aucun alpiniste n'a atteint le sommet de l'Everest depuis deux ans, l'année 2014 ayant été marquée par le décès de 16 guides népalais dans une avalanche ayant entrainé l'annulation de toutes les ascensions.

"Le gouvernement a décidé de prolonger de deux ans les permis afin de dédommager ceux qui n'ont pas pu poursuivre leur expédition en raison du séisme", a dit le chef du département du Tourisme Gobinda Bahadur Karki.

Près de 9.000 personnes ont été tuées dans le séisme de magnitude 7,8 qui a dévasté le Népal en avril, déclenchant avalanches et glissements de terrain qui ont enseveli une partie du camp de base de l'Everest et détruit une partie du parcours réputé de trekking de Langtang.

Depuis le séisme, le Népal tente de reconquérir les touristes, en particulier les amateurs de montagne qui constituent une source cruciale de recettes pour ce pays pauvre abritant 14 sommets de plus de 8.000 mètres.

"Nous espérons que le nombre d'alpinistes va progresser cette année après cette dernière décision du gouvernement", a dit Karki à l'AFP.

Les représentants du secteur ont salué cette initiative mais regrettent son calendrier qui laisse peu de temps aux agences pour organiser des expéditions. L'ascension de l'Everest est faisable pendant deux mois à partir d'avril quand les conditions météo s'améliorent.

"Nous regrettons que le gouvernement ait pris cette décision si tard. Si elle l'avait été plus tôt, les équipes auraient eu plus de temps de préparation", a dit Ang Tshering Sherpa, président de l'association d'alpinisme du Népal.

str-amu/ef/pt

(AFP)

Ton opinion