Récompense: Le Nobel de la paix, héros de BD

Actualisé

RécompenseLe Nobel de la paix, héros de BD

Le Dr Denis Mukwege a inspiré le père de «Thorgal» qui vient de publier un album dénonçant les massacres au Congo.

par
Michel Pralong
Le nouveau Nobel de la paix, le Dr Mukwege est représenté dans la BD Kivu, avec le chirurgien Guy-Bernard Cadière à ses côtés.

Le nouveau Nobel de la paix, le Dr Mukwege est représenté dans la BD Kivu, avec le chirurgien Guy-Bernard Cadière à ses côtés.

Van Hamme-Simon/Le Lombard

Né à Bukavu, en République démocratique du Congo en 1955, le Dr Denis Mukwege, après avoir exercé en gynécologie en France, revient dans son pays en 1989 pour diriger l'hôpital de Lemera. Celui-ci est détruit par la guerre en 1996 et, après s'être réfugié à Nairobi, Denis Mukwege décide de revenir dans son Kivu natal pour ouvrir l'hôpital de Panzi.

Depuis 20 ans que femmes et filles sont les victimes de viols dans la région , une pratique utilisée comme arme de guerre par les différentes factions qui s'affrontent là-bas, le Dr Mukwege ne compte plus les interventions de chirurgie gynécologique réparatrice qu'il a pratiquées sur elles. Il est notamment aidé par le chirurgien belge Guy-Bernard Cadière, qui se rend régulièrement à Panzi.

Briser le silence

C'est en rencontrant ce dernier que le scénariste de BD Van Hamme, à qui l'on doit entre beaucoup d'autres «Thorgal» et «XIII», a décidé d'écrire un album pour briser le silence qui entoure les horreurs commises quotidiennement au Kivu. Cela a abouti à l'album du même nom, qui vient de sortir. «Je n'avais pas envie de faire un livre didactique sur Panzi, explique Jean Van Hamme. Ce n'est que lorsque j'ai eu l'idée d'écrire une histoire animée par des personnages de fiction en ne mettant Panzi qu'en arrière-plan que j'ai dit OK.»

Le dessinateur de l'album, Christophe Simon, s'est, lui, rendu à l'hôpital de Panzi. «J'ai bénéficié d'un accès complet aux salles d'opérations et ai pu voir comment Cadière et Mukwege opéraient en binôme.» En visitant le reste de l'hôpital, le dessinateur, qui a représenté le Dr Mukwege dans l'album, a connu des moments très douloureux, quand il a «croisé le regard de ces femmes qui venaient d'arriver et qui étaient effrayées par le simple fait de voir un homme» alors qu'elles venaient d'être violées.

La BD «Kivu» était un outil pour attirer l'attention sur ce qui se passe là-bas afin d'espérer pouvoir faire changer les choses. Le Prix Nobel décerné aujourd'hui au Dr Mukwege pourrait aussi, on le souhaite rapidement, faire évoluer la situation.

Ton opinion