15.03.2015 à 15:36

Année 2014Le nombre de policiers a augmenté en Suisse

L'an dernier, 400 nouveaux gardiens de la paix ont été engagés. Genève et Vaud présentent une nette hausse.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Le nombre de policiers sur le territoire suisse a augmenté. Le nombre de policiers sur le territoire suisse a augmenté. En 2014, 400 nouveaux gardiens de la paix ont été engagés, augmentant le total du personnel à plus de 17'700, ce qui correspond à une progression de 2%.

C'est ce qui ressort des chiffres de la Conférence des commandants des polices cantonales (CCPCS), révélés par les hebdomadaires alémaniques «Schweiz am Sonntag» et la «SonntagsZeitung». Durant les quatre années précédentes, 570 nouvelles places avaient déjà été créées.

Selon les statistiques de la CCPCS publiées sur leur site internet, les effectifs de toutes les polices cantonales et communales ont augmenté. Seuls les cantons de Lucerne, Schwyz et Uri ont enregistré une diminution. L'augmentation est particulièrement visible dans le canton du Tessin. Le nombre de postes a passé de 871 en 2013 à 930 au 1er janvier 2015, soit 7% de plus.

Mais le canton d'Argovie (de 886 à 925), comme celui de Genève (de 1374 à 1431) ainsi que le canton de Vaud (de 1840 à 1916) présentent aussi une nette hausse. Les effectifs des autres cantons romands ont moins progressé: environ 10 employés supplémentaires pour Neuchâtel, 8 pour le Valais, 4 pour le Jura et 2 pour Fribourg.

Manque de 7000 agents

La Fédération suisse des fonctionnaires de police (FSFP) demande depuis longtemps une augmentation du corps de police. L'été passé, elle déplorait un manque d'au moins 7000 agents sur le territoire suisse.

Comme le montre l'étude, la densité policière varie fortement selon les cantons. Tandis qu'on compte un agent pour 277 habitants à Bâle-ville, il y en a un pour 737 à Nidwald et en Thurgovie. Côté romand, Genève est le canton qui a le plus de policiers et Fribourg celui qui en a le moins en proportion des habitants. Ils ont un agent pour 332, respectivement 581 personnes.

Les différences s'expliquent selon la CCPCS notamment en raison de leurs diverses tâches et des particularités cantonales comme par exemple la criminalité frontalière. Elles s'expliquent aussi par des divergences dans l'organisation des corps de police.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!