Moyen-Orient: le nouveau bilan de l’effondrement de l’immeuble en Iran fait état de 18 morts
Publié

Moyen-OrientLe nouveau bilan de l’effondrement de l’immeuble en Iran fait état de 18 morts

Quatre jours après le drame qui a frappé la ville d’Abadan, quatre corps supplémentaires ont été retirés des décombres. Les recherches continuent pour retrouver des disparus.

Selon le ministre iranien de l’Intérieur, les recherches avancent «lentement» en raison de la «possibilité que s’effondrent les immeubles voisins».

Selon le ministre iranien de l’Intérieur, les recherches avancent «lentement» en raison de la «possibilité que s’effondrent les immeubles voisins».

AFP

L’effondrement d’un immeuble dans le sud-ouest de l’Iran a fait 18 morts, ont annoncé jeudi les autorités iraniennes, donnant un nouveau bilan quatre jours après le drame. Lundi, l’immeuble Metropol de 10 étages, en construction à Abadan, l’une des principales villes de la province du Khouzestan, s’est partiellement écroulé au cœur de l’une des rues les plus fréquentées de cette ville de 230’000 habitants.

«Le nombre exact de personnes sous les décombres reste inconnu mais nous avons retrouvé les corps de 18 personnes jusqu’à présent», a déclaré à l’agence de presse d’État Irna le gouverneur d’Abadan, Ehsan Abbaspour. Un précédent bilan, donné mercredi, faisait état de 14 morts. Selon le responsable, «37 personnes ont été tirées des décombres et emmenées à l’hôpital», que la plupart ont quitté depuis. Les recherches se poursuivront «jusqu’à ce que le dernier corps soit retrouvé», a-t-il ajouté.

Mercredi, le ministre iranien de l’Intérieur Ahmad Vahidi a déclaré à la télévision d’État que les recherches avançaient «lentement» en raison de la «possibilité que s’effondrent les immeubles voisins». Selon la télévision iranienne, le bâtiment se trouvait sur la «rue centrale la plus fréquentée» de la ville, où les immeubles environnants sont principalement dédiés à des activités «commerciales, médicales» ou accueillent «des bureaux».

Dix arrestations

La justice locale a annoncé mardi l’arrestation de dix personnes, dont le maire en exercice d’Abadan et deux anciens maires, ainsi qu’un nombre indéterminé d’employés municipaux et de superviseurs du projet, accusées d’être «responsables» du sinistre. En 2017, l’effondrement du Plasco Building, un centre commercial de 15 étages datant du début des années 1960, dans le centre de Téhéran, avait fait 22 morts, dont 16 pompiers qui s’y affairaient depuis des heures pour lutter contre un incendie.

(AFP)

Votre opinion